Oraweb.net, l’oasis de prière du web
http://oraweb.net/Dieu-m-aime

Dieu m’aime - 2

Tel(le) que je suis

La réalité : notre soif de bonheur


  • Télécharger l'article au format PDF Imprimer cet article
  • 22 juin 2011
  • réagir


1 - DIEU M’AIME


- 1a La réalité, c’est notre soif de bonheur

Nous tous qui sommes venus pour cette rencontre,
nous avons un point commun,
c’est notre désir d’être heureux, notre soif de bonheur.

La plupart d’entre nous,
envie tel ami qui s’est marié et qui est heureux avec sa femme et ses enfants
ou tel(le) autre ami(e) rentré(e) au Carmel.
Certes,
c’est dur la vie monastique, mais il (elle) a trouvé sa vocation, (il )elle est heureus(e).

Tout notre cœur et quelque fois notre corps aspire à vivre à DEUX.
Et c’est normal,
car il n’est pas bon que l’homme soit seul.

Quelques uns ou unes vivent cet état de célibat dans une certaine quiétude et un équilibre naturel.
Tant mieux !

Par contre,
beaucoup d’entre nous « ont le cœur en écharpe »
et vivent une solitude et une souffrance profonde.

Elle peut prendre des formes très diverses :


› J’ai 39 ans ; bientôt la quarantaine et l’âge limite pour avoir des enfants approche ;
je n’en peux plus d’être seule et sans enfant ;

› J’ai 40 ans, j’ai peur de choisir et de m’engager avec une femme ;
comment faire ce choix et ce saut dans l’ inconnu ?

› J’ai 58 ans, les années passent, dans quelque temps, je serai à la retraite ;
seul(e) et toujours seul(e) ; inutile apparemment ;
la vieillesse qui approche me fait un peu peur ;


- 1b La culpabilité

Vous avez sans doute remarqué au travers de l’actualité,
dans les situations difficiles comme dans un événement grave,
notre tendance à tous est de rechercher le coupable, il faut un coupable !

- Pour le célibat, c’est pareil ;

Là, le coupable, tout désigné, c’est le célibataire lui-même,
et il se dit :

. C’est de ma faute ;

. J’ai loupé l’occasion de ma vie ;

. J’aurai du poursuivre avec un tel, je n’en serai pas là maintenant ;

. Je ne suis pas assez bien physiquement ;

. Je suis trop timide ; et la preuve de tout cela, c’est que je n’ai jamais été choisie



- A ce regard posé sur nous , s’ajoute le regard des autres :

. il a 40 ans, il n’est pas marié, il n’a pas réglé son problème avec sa mère !

. il est au chômage depuis 1 an, il a un problème...

- ces regards peuvent prendre des allures de conseils :

. comment veux tu qu’un garçon ( ou une fille ) s’intéresse à toi

. tu travailles trop
. tant que tu ne t’investis pas plus ......

. tu es trop engagé(e), tu pries trop ;

. tu t’habilles trop mal ou trop ringard !


- On peut aussi en vouloir

.* à Dieu : Dieu m’a oublié ; Qu’est ce qu’il fait ? qu’est ce qu’il veut ?

.*ou bien à cette société qui fabrique des célibataires
_
.*ou à la famille : le poids du passé peur-être très lourd ;
il semble qu’après ce qu’on a vécu dans les familles, on n’arrivera jamais à se marier.

- On peut rester meurtri par une rupture.

- Quel qu’en soient les raisons
Toutes ces souffrances sont réelles et crucifiantes.


Ne nous voilons pas la face, ne menons pas la politique de l’autruche :

avec lucidité
sans nier, ni vouloir ignorer ou enfouir la souffrance,
regardons notre vie, notre réalité, notre quotidien parfois insupportable ;


Dans ces croix, il y a une part de mystère.
Comme pour le Christ en Croix, c’est l’échec apparent.




Mais vous, les célibataires,
vous êtes appelés à la radicalité de l’Espérance dans Jésus qui vous aime,
car votre vie est riche de sens


-1c Dieu aime chacun d’entre nous, personnellement,
d’un amour unique, aujourd’hui


Parcourons ensemble l’Ancien et le Nouveau Testament

. Comme une mère caresse son enfant, moi aussi je vous consolerai

. j’ai gravé ton nom sur les paumes de ma main, je t’ai connu dans le sein de ta mère

. tu as du prix à mes yeux, tous vos cheveux sont comptés


. Je te rends grâce pour tant de prodige que je suis, pas un cheveu de votre tête ne tombera


Ces phrases sont très fortes et riches de l’Amour de Dieu pour chacun d’entre nous ;
Avant nous,
Thérèse de Lisieux a fait cette démarche de chercher dans les écritures l’Amour de Dieu pour elle.

(le terme "chercher "revient 144 fois dans les écrits de Thérèse)


Puis, sûre de cet amour,
elle a vécu et enraciné toute sa vie et celle de ses novices dans la voie de l’enfance spirituelle.
Et cette voie thérésienne est proposée comme modèle à tout chrétien .

A sa suite,
elle nous invite à nous appuyer sur cet Amour à ouvrir notre cœur.

Pour lire : Dieu veut me guérir

Réagir à cet articleRéagir à cet article

Un message, un commentaire ?

modération a priori

Attention, votre message n’apparaîtra qu’après avoir été relu et approuvé.

Qui êtes-vous ?

Pour afficher votre trombine avec votre message, enregistrez-la d’abord sur gravatar.com (gratuit et indolore) et n’oubliez pas d’indiquer votre adresse e-mail ici.

Ajoutez votre commentaire ici
  • Ce formulaire accepte les raccourcis SPIP [->url] {{gras}} {italique} <quote> <code> et le code HTML <q> <del> <ins>. Pour créer des paragraphes, laissez simplement des lignes vides.