Oraweb.net, l’oasis de prière du web
http://oraweb.net/La-femme-adultere

La femme adultère


  • Télécharger l'article au format PDF Imprimer cet article
  • 13 mars 2016
  • réagir
  • 2 votes

Le voilà face à une pécheresse, une femme surprise en adultère.
Va-t-il l’écraser, l’humilier devant ce cercle de spectateurs hostiles ?
Non,
bien au contraire,
sa réponse va la relever, la calmer,
en lui montrant que sa misère, c’est la commune misère,
c’est la misère même de ceux qui l’accusent.
Il n’a pas songé à peiner, mais à guérir.

Et son génie va lui permettre
de faire passer les accusateurs dans le camps des accusés :

« Que celui de vous qui est sans péché lui jette le premier une pierre ! »

Personne ne prendra le risque de braver le Prophète
et de se voir accuser en public.
Il y a dans sa manière de s’adresser à cette femme
une ironie et un humour extraordinaires.

« Femme, où sont-ils ? Personne ne t’a condamnée ?

Volatilisés les beaux parleurs ? Disparus les « Pères la Vertu » ?

Comme ils ont dû retentir avec douceur ses impératifs de liberté et de libération :

« Va, désormais ne veuille plus pécher ! »

Le péché n’est pas une fatalité :
« Ne veuille plus pécher »

Jésus ne condamne pas…
Combien avons-nous à nous inspirer de sa manière de faire.
Car,
pour nous,
condamner, juger, critiquer sont monnaie courante, et si facile !
Nous avons tant à faire, à prendre et à reprendre
pour vivre dans l’esprit de Jésus.

Comme Jésus,
dans la lumière de Dieu, a jugé la femme adultère
en ne la condamnant pas,
mais en lui montrant sa culpabilité et l’effort qu’elle devait fournir pour remonter,
revenir à Dieu :

« Ne veuille plus pécher ».

Ainsi, dans la lumière de Jésus, saurons-nous voir et juger toutes choses ?

Le péché ne doit pas nous porter au désespoir.
Car,
d’un côté,
les hommes conscients de ce qu’ils valent et de leurs propres faiblesses
sont bien capables de condamner quiconque !

Renvoyés à eux-mêmes,
les accusateurs de la femme adultère se sont évanouis !

« Que celui de vous qui est sans péché lui jette la première pierre. »
« Á ces mots, ils partirent, l’un après l’autre, à commencer par les plus âgés,
et Il resta seul, la femme étant toujours au milieu.
Jésus alors se redressa et lui dit :
Femme, où sont-ils ? Personne ne t’a condamnée ?
Elle lui dit : Personne, Seigneur ».

Dieu non plus ne nous condamne pas
et nous rend l’Espérance,
au cœur même de notre péché,
dans la parole même de Jésus.

« Et Jésus lui dit :
Moi non plus je ne te condamne pas.
Va, désormais ne pèche plus ».

Père Gabriel







Réagir à cet articleRéagir à cet article

Un message, un commentaire ?

modération a priori

Attention, votre message n’apparaîtra qu’après avoir été relu et approuvé.

Qui êtes-vous ?

Pour afficher votre trombine avec votre message, enregistrez-la d’abord sur gravatar.com (gratuit et indolore) et n’oubliez pas d’indiquer votre adresse e-mail ici.

Ajoutez votre commentaire ici
  • Ce formulaire accepte les raccourcis SPIP [->url] {{gras}} {italique} <quote> <code> et le code HTML <q> <del> <ins>. Pour créer des paragraphes, laissez simplement des lignes vides.



Jésus un homme extra-ordinaire

Sur ce thème