Oraweb.net, l’oasis de prière du web
http://oraweb.net/La-femme-aux-7-maris

La femme aux 7 maris

...Telle est l’espérance de la Vie Eternelle, ce n’est pas la vie terrestre continuée, mais la vie même en communion avec Dieu.


  • Télécharger l'article au format PDF Imprimer cet article
  • Père Gabriel
  • 19 novembre 2016
  • réagir
  • 2 votes

Évangile de Jésus Christ selon saint Luc 20,27-38.

En ce temps-là, quelques sadducéens – ceux qui soutiennent qu’il n’y a pas de résurrection – s’approchèrent de Jésus
et l’interrogèrent : « Maître, Moïse nous a prescrit : ‘Si un homme a un frère qui meurt en laissant une épouse mais pas d’enfant, il doit épouser la veuve pour susciter une descendance à son frère.’
Or, il y avait sept frères : le premier se maria et mourut sans enfant ;
de même le deuxième,
puis le troisième épousèrent la veuve, et ainsi tous les sept : ils moururent sans laisser d’enfants.
Finalement la femme mourut aussi.
Eh bien, à la résurrection, cette femme-là, duquel d’entre eux sera-t-elle l’épouse, puisque les sept l’ont eue pour épouse ? »
Jésus leur répondit : « Les enfants de ce monde prennent femme et mari.
Mais ceux qui ont été jugés dignes d’avoir part au monde à venir et à la résurrection d’entre les morts ne prennent ni femme ni mari,
car ils ne peuvent plus mourir : ils sont semblables aux anges, ils sont enfants de Dieu et enfants de la résurrection.
Que les morts ressuscitent, Moïse lui-même le fait comprendre dans le récit du buisson ardent, quand il appelle le Seigneur ‘le Dieu d’Abraham, Dieu d’Isaac, Dieu de Jacob.’
Il n’est pas le Dieu des morts, mais des vivants. Tous, en effet, vivent pour lui. »

Méditation de l’évangile du samedi 19 novembre

Jésus va répondre sans difficulté aux sadducéens au sujet d’une femme qui, successivement, aurait épousé sept frères, selon la loi du lévirat. Ses ennemis lui posent un cas embarrassant, pensent-ils. Mais leur gouaillerie et leur plaisanterie douteuse tombent à faux devant la réaction du Christ.

Sa réponse donne un aperçu tellement élevé du Ciel et de sa liberté, vis-à-vis de tout le sensible, que la question posée devient ridicule.

"La femme donc, à la résurrection, de qui sera-t-elle la femme ? Car les sept l’ont eue pour femme"

"Jésus leur dit : Ne seriez-vous pas dans l’erreur, parce que vous ne comprenez ni les Ecritures ni la puissance de Dieu ? Car lorsque l’on ressuscite des morts, on n’épouse plus, on n’est plus épousée ; mais on est comme des anges dans les Cieux"

Le Ciel n’est pas du tout ce que les sadducéens imaginent. Ils sont dans un univers matérialiste qui les empêche de réaliser la Puissance de Dieu, de son amour envers nous. Il s’agit d’une nouvelle vie, celle-là même de Dieu. Rien que cela !

"Et quant à la résurrection des morts, n’avez-vous pas lu ce qui vous a été dit par Dieu en ces termes : Je suis le Dieu d’Abraham, et le Dieu d’Isaac et le Dieu de Jacob ? Il n’est pas le Dieu des morts, mais des vivants"

Telle est l’espérance de la Vie Eternelle, ce n’est pas la vie terrestre continuée, mais la vie même en communion avec Dieu.

Dans l’exclamation de Jésus devant leur étroitesse : "Vous êtes grandement dans l’erreur",

On sent toute sa tristesse de voir des hommes enfermés dans une vision si mesquine du Ciel et du Royaume de Dieu.

Dieu est donc le Dieu des vivants et non des morts. Pour Jésus, au Ciel, nous sommes des vivants, des gens actifs au superlatif, car notre centre d’intérêt à changé du tout au tout, nous vivons d’abord pour Dieu.

On le voit ici, le rayonnement du Christ Jésus était si grand, si prenant, que ses ennemis ne peuvent échapper au désir de se mesurer avec Lui, happés, pris qu’ils se trouvent par sa Lumière même.

Ils détestent cette clarté, mais ne peuvent en nier l’éclat. Après l’échec des pharisiens sur le plan national, voici celui des sadducéens sur le plan religieux et moral.

Jésus se montre si percutant dans ses réponses que ses ennemis redoutent la discussion avec Lui. Il répond avec une telle vigueur, un tel à-propos, que bientôt personne n’ose plus l’interroger. Mais la crainte révérencielle de ses ennemis n’exclut pas la haine, malheureusement.

"Quelques-uns des scribes, prenant la parole, Lui dirent : Maître, tu as bien parlé. Car ils n’osaient plus L’interroger sur rien" .

Père Gabriel







Réagir à cet articleRéagir à cet article

Un message, un commentaire ?

modération a priori

Attention, votre message n’apparaîtra qu’après avoir été relu et approuvé.

Qui êtes-vous ?

Pour afficher votre trombine avec votre message, enregistrez-la d’abord sur gravatar.com (gratuit et indolore) et n’oubliez pas d’indiquer votre adresse e-mail ici.

Ajoutez votre commentaire ici
  • Ce formulaire accepte les raccourcis SPIP [->url] {{gras}} {italique} <quote> <code> et le code HTML <q> <del> <ins>. Pour créer des paragraphes, laissez simplement des lignes vides.



Jésus un homme extra-ordinaire