Oraweb.net, l’oasis de prière du web
http://oraweb.net/La-guerison-du-paralytique-1328

La guérison du paralytique

Le pardon du Seigneur nous rend à la vie heureuse de la famille de Dieu et nous redonne la joie d’être fils. Nous ne sommes plus prisonniers de ce qui est fragile et caduc, mais ouvert à un Amour que Jésus appelle la Vie Eternelle.


  • Télécharger l'article au format PDF Imprimer cet article
  • Père Gabriel
  • 13 janvier 2017
  • réagir
  • 6 votes

Évangile de Jésus Christ selon saint Marc 2,1-12.

Quelques jours après la guérison d’un lépreux, Jésus revint à Capharnaüm, et l’on apprit qu’il était à la maison.
Tant de monde s’y rassembla qu’il n’y avait plus de place, pas même devant la porte, et il leur annonçait la Parole.
Arrivent des gens qui lui amènent un paralysé, porté par quatre hommes.
Comme ils ne peuvent l’approcher à cause de la foule, ils découvrent le toit au-dessus de lui, ils font une ouverture, et descendent le brancard sur lequel était couché le paralysé.
Voyant leur foi, Jésus dit au paralysé : « Mon enfant, tes péchés sont pardonnés. »
Or, il y avait quelques scribes, assis là, qui raisonnaient en eux-mêmes :
« Pourquoi celui-là parle-t-il ainsi ? Il blasphème. Qui donc peut pardonner les péchés, sinon Dieu seul ? »
Percevant aussitôt dans son esprit les raisonnements qu’ils se faisaient, Jésus leur dit : « Pourquoi tenez-vous de tels raisonnements ?
Qu’est-ce qui est le plus facile ? Dire à ce paralysé : “Tes péchés sont pardonnés”, ou bien lui dire : “Lève-toi, prends ton brancard et marche” ?
Eh bien ! Pour que vous sachiez que le Fils de l’homme a autorité pour pardonner les péchés sur la terre… – Jésus s’adressa au paralysé –
je te le dis, lève-toi, prends ton brancard, et rentre dans ta maison. »
Il se leva, prit aussitôt son brancard, et sortit devant tout le monde. Tous étaient frappés de stupeur et rendaient gloire à Dieu, en disant : « Nous n’avons jamais rien vu de pareil. »

Méditation de l’évangile du jeudi 12 janvier

Dans l’histoire du paralytique de Capharnaüm, il y a une double évocation du regard de Jésus. Il lit dans les cœurs.
En premier, dans le cœur des hommes qui arrivent avec le fardeau du paralytique. Il sent tellement la confiance à travers leur geste, Lui qui voit si bien leur simplicité, leur foi dans toutes leurs démarches, que son cœur va laisser jaillir cette formidable parole de tendresse et d’amour divins envers ce pauvre homme, gisant sur son grabat : " Aie confiance, mon fils, tes péchés sont pardonnés".

En un deuxième temps, son regard croise aussi celui des scribes qui disent en eux-mêmes : "Pourquoi cet homme parle-t-il ainsi, Il blasphème !"

Il est aussi aisé pour Lui de pardonner les péchés que de guérir les corps. Mais la guérison des cœurs passe en premier lieu, car le Royaume de Dieu, c’est devenir les fils du Très-Haut en acceptant toute sa volonté : "Que ton Règne vienne, que ta volonté soit faite !"

Il nous considère donc, dès que nous n’avons plus de péchés, comme des amis, comme les fils de la famille divine, le mot n’a pas uniquement dans sa bouche un sens de tendresse, mais traduit la formidable réalité qu’Il est venu apporter aux hommes : "Je suis venu pour qu’ils aient la vie et qu’ils l’aient en abondance". Et cette vie, c’est la vie même de Dieu : "aie confiance, mon fils, tes péchés te sont remis".

Une des grandes Espérances apportées par Jésus, c’est le pardon des péchés. Le péché détruit la joie, car il nous enferme dans le créé que nous adorons comme un absolu. Le pardon du Seigneur nous rend à la vie heureuse de la famille de Dieu et nous redonne la joie d’être fils. Nous ne sommes plus prisonniers de ce qui est fragile et caduc, mais ouvert à un Amour que Jésus, lui-même, appelle la Vie Eternelle.

"Or il y avait dans l’assistance quelques scribes qui raisonnaient en disant : Qui donc peut pardonner les péchés sinon Dieu seul ? "

De fait la réflexion des scribes et des pharisiens s’explique, car ce n’est pas banal de s’ériger au centre du monde et de se mettre à la place même de Dieu. D’où leur question : "Quel est donc cet homme ? Qui est celui-ci ?" Qui peut se permettre une telle audace ? Aucune bienveillance dans leur jugement. La religion elle-même leur sert de prétexte pour condamner.

Jésus les devine et les devance : "Saisissant aussitôt dans son esprit les raisonnements qu’ils faisaient, Jésus leur dit : « Pourquoi tenir de tels raisonnements ? Qu’est-ce qui est le plus facile ?
- de dire au paralysé : Tes péchés te sont pardonnés,

- ou bien de dire : « lève-toi, prends ton brancard et marche ?

Eh bien ! Pour que vous sachiez que le Fils de l’homme a le pouvoir de pardonner les péchés sur la terre, « je te l’ordonne – dit-il au paralysé – lève-toi, prends ton brancard et rentre chez toi. Et se levant, il s’en alla dans sa maison »

Jésus ne cherche pas accaparer une autorité, un pouvoir ; Il ne recherche que l’amour, le seul amour de Dieu qui nous fait "Fils de Dieu" S’il pardonne les péchés, ce n’est donc pas pour usurper un pouvoir qu’Il possède déjà, mais pour nous apporter la tendresse de Dieu.

Jésus guérit d’abord le péché, car il juge plus grave l’état de pécheur que l’état de malade.Il sait dire à cet homme : "Tes péchés sont remis" pour lui témoigner une attention qui va si loin.

Le Fils de l’homme – dont l’identité tient de Dieu – affirme alors son autorité, et sur le péché et sur le monde, en guérissant d’un mot le paralytique. Il relie l’homme à Dieu et nous le rend présent.

L’homme se leva, prit aussitôt son brancard, et sortit devant tout le monde. "tous étaient stupéfiés, et rendaient grâce à Dieu d’avoir donné aux hommes une telle autorité.

Nous n’avons jamais rien vu de pareil"

Ses contemporains n’ont jamais rien vu de pareil : cette autorité sur le péché aussi bien que sur la maladie les stupéfie.

Alors que les gens en place enragent de voir son influence la foule," elle, rendait gloire à Dieu"

Père Gabriel







Réagir à cet articleRéagir à cet article

Un message, un commentaire ?

modération a priori

Attention, votre message n’apparaîtra qu’après avoir été relu et approuvé.

Qui êtes-vous ?

Pour afficher votre trombine avec votre message, enregistrez-la d’abord sur gravatar.com (gratuit et indolore) et n’oubliez pas d’indiquer votre adresse e-mail ici.

Ajoutez votre commentaire ici
  • Ce formulaire accepte les raccourcis SPIP [->url] {{gras}} {italique} <quote> <code> et le code HTML <q> <del> <ins>. Pour créer des paragraphes, laissez simplement des lignes vides.