Oraweb.net, l’oasis de prière du web
http://oraweb.net/La-premiere-multiplication-des-pains
      La première multiplication des pains

La première multiplication des pains

Ce qui l’émeut et le bouleverse, ce n’est pas tant leur fatigue physique que cette démission qu’Il n’admet jamais chez l’homme.


  • Télécharger l'article au format PDF Imprimer cet article
  • Père Gabriel
  • 7 août 2017
  • réagir
  • 5 votes

Évangile de Jésus Christ selon saint Matthieu 14,13-21.

En ce temps-là, quand Jésus apprit la mort de Jean le Baptiste, il se retira et partit en barque pour un endroit désert, à l’écart. Les foules l’apprirent et, quittant leurs villes, elles suivirent à pied.
En débarquant, il vit une grande foule de gens ; il fut saisi de compassion envers eux et guérit leurs malades.
Le soir venu, les disciples s’approchèrent et lui dirent : « L’endroit est désert et l’heure est déjà avancée. Renvoie donc la foule : qu’ils aillent dans les villages s’acheter de la nourriture ! »
Mais Jésus leur dit : « Ils n’ont pas besoin de s’en aller. Donnez-leur vous-mêmes à manger. »
Alors ils lui disent : « Nous n’avons là que cinq pains et deux poissons. »
Jésus dit : « Apportez-les-moi. »
Puis, ordonnant à la foule de s’asseoir sur l’herbe, il prit les cinq pains et les deux poissons, et, levant les yeux au ciel, il prononça la bénédiction ; il rompit les pains, il les donna aux disciples, et les disciples les donnèrent à la foule.
Ils mangèrent tous et ils furent rassasiés. On ramassa les morceaux qui restaient : cela faisait douze paniers pleins.
Ceux qui avaient mangé étaient environ cinq mille, sans compter les femmes et les enfants.

Méditation de l’évangile du lundi 7 août

Jésus, fuyant Hérode ou voulant tout simplement s’écarter un peu pour parler tranquillement avec les siens, peut difficilement échapper aux foules qu’Il a conquises.

Sa parole a soulevé un tel enthousiasme que les foules se lancent à sa poursuite, à pied, de toutes les cités des bords du lac, pour aller le relancer jusque dans le désert.

"A la nouvelle de la mort de Jean-Baptiste, Jésus s’éloigne du lieu où Il était, s’embarque pour se retirer dans un lieu désert, à l’écart. Et les foules l’ayant appris le suivirent, à pied, venant des villes"

Et Marc de préciser et de bien remarquer que tous ces gens courent après Lui :

"Et on les vit s’en aller, et plusieurs comprirent où ils allaient. Et ils y accoururent par terre, de toutes les villes, et ils les devancèrent. Et, en sortant de la barque, Il vit une foule nombreuse. Et Il en eut pitié, parce qu’ils étaient comme des brebis qui n’ont pas de berger, et Il se mit à les instruire longuement".

C’est bien Lui ! Il s’échappe un moment avec les Douze, de retour de leur course apostolique. Il s’était réfugié dans un endroit bien tranquille et désert, Bethsaïde. Du moins, le croyait-Il. Devant la foule qui le poursuit et qu’Il voit si abandonnée dans le domaine spirituel, adieu le repos : et Il les reçoit ;Il les enseigne ; Il leur parle du Royaume de Dieu ;

Il les guérit et les captive à tel point que le soir tombe qu’ils sont toujours là, dans ce lieu désert. Ce sera l’occasion de la première multiplication des pains.

"Or, comme le jour commençait à baisser, les Douze s’approchèrent et Lui dirent : congédie la foule afin qu’ils aillent dans les bourgs et les hameaux des environs, pour trouver un gîte et de la nourriture... "

Ce qui l’émeut et le bouleverse, ce n’est pas tant leur fatigue physique que cette démission qu’Il n’admet jamais chez l’homme. Car Il décèle chez eux comme une lassitude de ne trouver personne à qui se confier, personne pour les enseigner : "Ils étaient comme des brebis sans pasteur".

Jésus ne peut voir la souffrance physique sans guérir ; Il ne peut voir la misère morale sans enseigner. Les hommes restent là, avachis, couchés comme des bestiaux, dans un état de laisser-aller et de passivité, s’ils ne sont pas secoués par l’enseignement de Jésus.

Tout l’enseignement de Jésus est dans ce sens de l’effort et de l’homme debout. Car "l’homme aux impératifs" nous entraîne toujours sur des chemins où il nous faut dire "non" à nos désirs excessifs ou instinctifs.

"Si ton oeil te scandalise... Si tu regardes une femme au point de la désirer...Va, vends tous tes biens... Laisse-là tes filets... Lève-toi, suis-Moi...Va, ne pèche plus...

Procurez-vous, non la nourriture périssable, mais la nourriture qui demeure pour la vie éternelle..."

Père Gabriel







Réagir à cet articleRéagir à cet article

Un message, un commentaire ?

modération a priori

Attention, votre message n’apparaîtra qu’après avoir été relu et approuvé.

Qui êtes-vous ?

Pour afficher votre trombine avec votre message, enregistrez-la d’abord sur gravatar.com (gratuit et indolore) et n’oubliez pas d’indiquer votre adresse e-mail ici.

Ajoutez votre commentaire ici
  • Ce formulaire accepte les raccourcis SPIP [->url] {{gras}} {italique} <quote> <code> et le code HTML <q> <del> <ins>. Pour créer des paragraphes, laissez simplement des lignes vides.



L’évangile et sa méditation par le Père Gabriel