Oraweb.net, l’oasis de prière du web
http://oraweb.net/Le-mystere-de-Jesus-et-la-mort

Le mystère de Jésus et la mort

Brusquement, devant ce cri, le centurion découvre dans ce mourant, non pas la bête forcée, mais le Fils de Dieu.


  • Télécharger l'article au format PDF Imprimer cet article
  • Père Gabriel
  • 14 avril 2017
  • réagir
  • 1 vote

Extrait de Evangile de saint Luc 23, 35-49

Le peuple restait là à observer. Les chefs tournaient Jésus en dérision et disaient : « Il en a sauvé d’autres : qu’il se sauve lui-même, s’il est le Messie de Dieu, l’Élu ! »

Les soldats aussi se moquaient de lui ; s’approchant, ils lui présentaient de la boisson vinaigrée, en disant : « Si tu es le roi des Juifs, sauve-toi toi-même ! »

Il y avait aussi une inscription au-dessus de lui : « Celui-ci est le roi des Juifs. »

L’un des malfaiteurs suspendus en croix l’injuriait : « N’es-tu pas le Christ ? Sauve-toi toi-même, et nous aussi ! » Mais l’autre lui fit de vifs reproches : « Tu ne crains donc pas Dieu ! Tu es pourtant un condamné, toi aussi ! Et puis, pour nous, c’est juste : après ce que nous avons fait, nous avons ce que nous méritons. Mais lui, il n’a rien fait de mal. »

Et il disait : « Jésus, souviens-toi de moi quand tu viendras dans ton Royaume. » Jésus lui déclara : « Amen, je te le dis : aujourd’hui, avec moi, tu seras dans le Paradis. »

C’était déjà environ la sixième heure (c’est-à-dire : midi) ; l’obscurité se fit sur toute la terre jusqu’à la neuvième heure,car le soleil s’était caché. Le rideau du Sanctuaire se déchira par le milieu.

Alors, Jésus poussa un grand cri : « Père, entre tes mains je remets mon esprit. »

Et après avoir dit cela, il expira.

À la vue de ce qui s’était passé, le centurion rendit gloire à Dieu : « Celui-ci était réellement un homme juste. »

Et toute la foule des gens qui s’étaient rassemblés pour ce spectacle, observant ce qui se passait, s’en retournaient en se frappant la poitrine.

Tous ses amis, ainsi que les femmes qui le suivaient depuis la Galilée, se tenaient plus loin pour regarder.

Méditation de l’évangile du vendredi saint 14 avril

Alors, Jésus poussa un grand cri : « Père, entre tes mains je remets mon esprit. » Et après avoir dit cela, il expira.

La souffrance et la mort de Jésus viennent conclure l’oeuvre d’amour de Dieu à l’égard de l’homme. Soudain, l’homme n’est plus enfermé dans son néant de créature.

Il lui suffit d’accepter sa condition mortelle, sa souffrance, pour mener à bien son évolution spirituelle et entrer à la suite de Jésus le Bien-Aimé, dans la famille même de Dieu.

Il lui suffit de redire dans la foi les paroles du Fils :

Père je remets mon esprit entre tes mains :

Jésus fut si grand dans son dernier cri, en remettant son âme aux mains du Père, que le centurion de garde, un soldat, sentit la divinité se trahir dans ce cri d’agonie, tellement il fut emprunt de noblesse et de grandeur.

Et pourtant tout le monde sait bien qu’il n’est rein de plus pénible que d’entendre le dernier cri d’un mourant. On sent bien que le pauvre corps animal qui lutte contre le destin, puis brusquement se rend.

Le témoignage du centurion, du soldat, du soldat, révèle une tout autre impression, celle d’une mort volontaire de cette remise de l’âme, rendue au Père.

Brusquement, devant ce cri, le centurion découvre dans ce mourant, non pas la bête forcée, mais le Fils de Dieu.

À la vue de ce qui s’était passé, le centurion rendit gloire à Dieu : « Celui-ci était réellement un homme juste. »

C’est aujourd’hui la réalisation des paroles prononcées à Capharnaüm au moment du discours sur le pain de vie :

" Voici pourquoi le Père m’aime : parce que je donne ma vie, pour la recevoir de nouveau. Nul ne peut me l’enlever : je la donne de moi-même. J’ai le pouvoir de la donner, j’ai aussi le pouvoir de la recevoir de nouveau : voilà le commandement que j’ai reçu de mon Père."

Père Gabriel







Réagir à cet articleRéagir à cet article

Un message, un commentaire ?

modération a priori

Attention, votre message n’apparaîtra qu’après avoir été relu et approuvé.

Qui êtes-vous ?

Pour afficher votre trombine avec votre message, enregistrez-la d’abord sur gravatar.com (gratuit et indolore) et n’oubliez pas d’indiquer votre adresse e-mail ici.

Ajoutez votre commentaire ici
  • Ce formulaire accepte les raccourcis SPIP [->url] {{gras}} {italique} <quote> <code> et le code HTML <q> <del> <ins>. Pour créer des paragraphes, laissez simplement des lignes vides.



L’évangile et sa méditation par le Père Gabriel