Oraweb.net, l’oasis de prière du web
http://oraweb.net/Les-serviteurs-inutiles

Les serviteurs inutiles

Il nous est bon de reconnaître notre néant devant ce Dieu qui nous appelle à une telle Espérance, sans aucun mérite de notre part.


  • Télécharger l'article au format PDF Imprimer cet article
  • Père Gabriel
  • 8 novembre 2016
  • réagir
  • 2 votes

Évangile de Jésus Christ selon saint Luc 17,7-10.

En ce temps-là, Jésus disait : « Lequel d’entre vous, quand son serviteur aura labouré ou gardé les bêtes, lui dira à son retour des champs : “Viens vite prendre place à table” ?
Ne lui dira-t-il pas plutôt : “Prépare-moi à dîner, mets-toi en tenue pour me servir, le temps que je mange et boive. Ensuite tu mangeras et boiras à ton tour” ?
Va-t-il être reconnaissant envers ce serviteur d’avoir exécuté ses ordres ?
De même vous aussi, quand vous aurez exécuté tout ce qui vous a été ordonné, dites : “Nous sommes de simples serviteurs : nous n’avons fait que notre devoir.” »

Méditation du mardi 8 novembre : Les serviteurs inutiles

« De même vous, lorsque vous aurez fait tout ce qui vous aura été ordonné, dites :
nous sommes des serviteurs inutiles ; nous avons fait ce que nous devions faire »

Jésus nous parle d’un serviteur qui travaille à longueur de jour comme laboureur ou berger et à qui, lorsqu’il rentre du travail, son maître demande encore de préparer son repas.

Jésus ajoute : « A-t-il de la reconnaissance à ce serviteur pour avoir fait ce qui lui a été ordonné ? »

Jésus veut nous rappeler ici que dans le domaine surnaturel de la grâce, nous sommes parfaitement impuissants. Il nous engage donc à travailler avec Lui au Royaume, mais nous rappelle que le laboureur, qui prépare la terre et sème, reste bien sans aucune prise sur la force vitale du blé. Il ne la contrôle pas.

C’est Dieu qui donne croissance et vie. Ainsi en sera-t-il de notre travail pour le Royaume.

C’est Dieu qui nous aime en premier. Relisons donc maintenant, rien que pour le plaisir, cette parabole du laboureur.

« Qui d’entre vous, ayant un serviteur, laboureur ou berger, lui dira à son retour des champs : viens vite te mettre à table !
Ne lui dira-t-il pas au contraire : prépare-moi à dîner, ajuste ta ceinture et sers-moi jusqu’à ce que j’aie mangé et bu ; après cela tu mangeras et boiras à ton tour. » Saura-t-il gré à ce serviteur d’avoir fait ce qui lui a été ordonné ?

Vous de même, lorsque vous aurez fait tout ce qui vous a été ordonné, dites : “ Nous sommes des serviteurs inutiles ; nous avons fait ce que nous devions faire” »

Il nous est bon de reconnaître notre néant devant ce Dieu qui nous appelle à une telle Espérance, sans aucun mérite de notre part.

Père Gabriel






Réagir à cet articleRéagir à cet article

Un message, un commentaire ?

modération a priori

Attention, votre message n’apparaîtra qu’après avoir été relu et approuvé.

Qui êtes-vous ?

Pour afficher votre trombine avec votre message, enregistrez-la d’abord sur gravatar.com (gratuit et indolore) et n’oubliez pas d’indiquer votre adresse e-mail ici.

Ajoutez votre commentaire ici
  • Ce formulaire accepte les raccourcis SPIP [->url] {{gras}} {italique} <quote> <code> et le code HTML <q> <del> <ins>. Pour créer des paragraphes, laissez simplement des lignes vides.



Le royaume de Dieu