Oraweb.net, l’oasis de prière du web
http://oraweb.net/Marie-et-le-miracle-de-Fra
      Le miracle de Fra Angelico

Le miracle de Fra Angelico

Une très belle histoire...


  • Télécharger l'article au format PDF Imprimer cet article
  • 29 septembre 2015
  • réagir

j’ai choisi de vous raconter une histoire peut-être vraie : " L’Annonciation : le miracle de fra Angélico" ;

Je vous laisse le découvrir.

La Vierge. Quel sujet ! Et là, devant sa toile, Angélico songeait. Tout le sujet déjà vivait là, sur sa toile, le lys fleuri, la robe et les longs plis du voile.
Sur les genoux de la Vierge, le saint Livre posé, L’ange rose qui s’agenouille et va dire l’Ave du sublime message.
Il ne manquait plus rien au tableau, qu’un visage, visage de la Vierge, ineffable portrait.

Et là, devant sa toile, Angélico souffrait.

Ce visage il le faut souriant et sévère, entrevoyant la crèche et rêvant au Calvaire, reflétant à la fois la croix et le berceau ;
Mais j’ai beau tourmenter mon front et mon pinceau,
Depuis trois jours j’attends, je commence, j’efface,
Je recommence encore et rien qui satisfasse.
Je promène au hasard mon crayon inquiet...

Et là, devant sa toile, Angélico priait.

Rien ne vient, l’idéal flotte dans son génie,
Ce front où la splendeur à la grâce est unie, Il est si pur, il est si doux, il est si grand. Ma foi le voit, mon cœur le voit et le comprend,
Mon âme en est ravie, elle en est possédée,
Mais la main me trahit et fausse mon idée.
Je ne fais rien de beau, de bien, rien de complet.

Et là, devant sa toile, Angélico tremblait.

Moi peintre ? Hélas ! je peins comme un enfant épelle.

Et l’humble artiste court au chœur de la chapelle.
Là, seul dans le silence, il se plaint à demi
à Jésus son sauveur, son maître, son ami, son frère :
« Ô vous, son Fils tout-puissant auprès d’elle, donnez-moi le génie, ou du moins un modèle.
Son visage éblouit vos anges dans les cieux
Et je veux, moi, mortel, pécheur audacieux,
fondre dans un rayon de couleur éphémère
son sourire de Vierge et sa beauté de mère ! »

Angélico revint à son travail béni,

Mais son tableau, divin chef-d’œuvre, était fini.
Le visage, humble et doux, souriant et sévère,
reflétait à la fois la crèche et le calvaire :
par la main d’un artiste invisible, achevé,
Et tel qu’Angélico l’avait toujours rêvé,
s’unissant à merveille aux plis mouvants du voile.

Et l’ange, alors, sourit dans le coin de la toile
Comme pour dire : « Ami, c’est moi, c’est mon secret. »

Et là, devant sa toile, Angélico pleurait.

Auteur inconnu

Réagir à cet articleRéagir à cet article

Un message, un commentaire ?

modération a priori

Attention, votre message n’apparaîtra qu’après avoir été relu et approuvé.

Qui êtes-vous ?

Pour afficher votre trombine avec votre message, enregistrez-la d’abord sur gravatar.com (gratuit et indolore) et n’oubliez pas d’indiquer votre adresse e-mail ici.

Ajoutez votre commentaire ici
  • Ce formulaire accepte les raccourcis SPIP [->url] {{gras}} {italique} <quote> <code> et le code HTML <q> <del> <ins>. Pour créer des paragraphes, laissez simplement des lignes vides.



Réflexions de la semaine

1 Message

  • Le miracle de Fra Angelico Le 8 octobre 2016 à 13:28, par gillard rita

    merci j’ai retrouvé un poème que mon père nous récitait quand nous étions enfants. Cette semaine la dernière phrase m’est revenue en mémoire en regardant une vidéo sur Florence.
    suis
    heureuse d’avoir retrouvé ce texte qui m’émeut toujours autant.

    Répondre à ce message