Oraweb.net, l’oasis de prière du web
http://oraweb.net/Reflexion-spi-du-7-au-13-mai
      Après Pâques : Du 7 au 13 mai

Après Pâques : Du 7 au 13 mai

L’histoire d’un appel et d’une amitié avec Jésus


  • Télécharger l'article au format PDF Imprimer cet article
  • 8 mai 2012
  • réagir



lundi 7 mai

Le témoignage et des paroles de Daniel-Ange, fondateur de l’école de la foi Jeunesse-Lumière

L’appel

- Tout d’abord je rends grâce pour le don inouï de mon premier appel… Il y a autant de manières pour le Seigneur d’appeler qu’il y a de personnes appelées, chacune étant unique au monde. Pour moi ce fut doux et fulgurant à la fois, simple et décisif en même temps.

- 13 Juillet 1946 au soir : je suis dans la petite chapelle de notre maison familiale. Pour la première fois depuis un an, nous sommes réunis, mes parents et mes trois frères. J’ai 13 ans.

- 21h,33 : au tréfonds de l’âme retentit une voix forte, claire et ténue, une motion intérieure provoquant une émotion dans les profondeurs : Daniel-Ange ! Veux-tu travailler, aimer, vivre avec moi ? Le voudrais-tu ?.

- Deux choses me bouleversent : Dieu respecte infiniment ma liberté. Il ne me force pas, Il ne s’impose pas ; Il est timide. Il est pauvre et faible, car l’amour rend pauvre et faible.

suite mardi ...


mardi 8 mai

Dieu compte sur moi

- Dieu compte sur moi, moi qui avais l’impression de ne compter pour personne à force d’entendre à l’école primaire : « Tu es bon à rien ! » Et voilà que pour le Créateur, j’étais important !

- Pendant des heures, je sanglotais. Mes parents s’imaginaient m’avoir fait de la peine. « Non, non ce sont des larmes de bonheur ! Le Seigneur m’a appelé et j’ai répondu : me voici ».

- Bénis soient mes parents pour leur compréhension, leur encouragement, leur sacrifice !

- Durant les mois qui suivent, mes parents m’emmènent dans différents monastères, car dès le départ il est clair qu’il s’agit d’un appel à la vie contemplative.


mercredi 9 mai

Le cheminement

- Finalement le 25 juillet 1949, je suis séduit par le monastère de Clervaux. Son Abbé, Dom Jacques, un homme de Dieu. À son école, je veux suivre le Seigneur, mais il me trouve trop jeune.

- Maman m’emmène à Rome demander à Pie XII, la permission d’entrer à 16 ans. Sa réponse : « Attends paisiblement l’heure du Seigneur ». Je sors déçu, mais bouleversé par ses deux mains posées sur mes épaules et l’écoute si attentive d’un jeune de 16 ans.

- Enfin, le 31 Mars 1950, à 17 ans, j’entre au monastère en ayant donné mes deux rêves : devenir chef d’orchestre et champion de ski. Je découvre, émerveillé, la splendeur de la liturgie, la splendeur de la vérité, creusée par l’étude, intériorisée dans l’adoration, célébrée dans la liturgie, savourée pour sa seule beauté.

- 24 Octobre 58 : départ pour une fondation au Rwanda.

- En 1981, je reçois le sacerdoce. Après 22 ans : action de grâce.




jeudi 10 mai

Un de mes grands bonheurs de prêtre : ces centaines de messes célébrées

- Un de mes grands bonheurs de prêtre : ces centaines de messes célébrées en pleine nature, souvent dans les plus beaux lieux du monde, seul ou en groupe, de jour ou de nuit. Car il s’agit d’un acte de grande portée théologique, de profonde signification spirituelle.

- La création n’est-elle pas la première épiphanie de la Gloire de Dieu, après la création des anges ? Sa première parole, le premier rayonnement de sa douce et fulgurante beauté ?
Ce chef d’œuvre, il l’a confié à mon amour et spécialement à mon sacerdoce.

- Bonheur quand je peux chanter au milieu d’une forêt de mélèzes de pourpre et or, au bord d’une cascade, face à une cime enneigée :

- "Père, tu as créé toutes ces choses avec sagesse et par amour ! Tu as fait l’homme comme ton icône et tu as confié à ses mains laborieuses l’univers, afin qu’en te servant, toi, son Créateur, il règne sur la création !"

- Et au soir tombant, devant l’irradiation des nuages derrière une crête rocheuse : Tu demeures éternellement lumière au-delà de toute lumière ! Et tu ne cesses de rassembler ton peuple, afin qu’il te présente, du soleil levant au soleil couchant une offrande pure ! Pur bonheur quand les paroles bibliques ou liturgiques coïncident avec la vision. De la liturgie en audio-visuel !

- Chanter la liturgie des heures au bord de la mer, au fond d’une vallée alpine, sur un haut plateau ou simplement dans un jardin fleuri, est une œuvre divine et cosmique.



vendredi 11 mai


- la beauté d’une messe

- Une messe, au petit matin, sur la grève de l’océan, lorsque flotte encore une brume matinale ou qu’y passe en survol une mouette, me rend contemporain du premier matin de la Genèse, me rend présent cet instant où le Père lance sa Parole : lumière sois, et la lumière est.

- À la fin de la messe du soir, les premières étoiles sont allumées et les plus proches des crêtes ne se distinguent plus des fenêtres allumées des chalets qui s’endorment. Le ciel et toute sa douceur descend sur la terre meurtrie des hommes.

- Le plus impressionnant : ces messes au cœur de la nuit, surtout en haute montagne, lorsque Orion ou le T étoilé de la petite Thérèse passe la rampe d’une crête dans un silence que seule une petite cascade transforme en musique..

- Toute la création est alors investie dans la célébration. Elle en tressaille. En tressaillent les anges des sources, des cimes comme ceux des nations.
Comme le Sanctus prend toute sa dimension : Le ciel et la terre sont remplis de ta Gloire !

- Après la communion, c’est vraiment Jésus lui-même, à travers mes yeux, qui s’émerveille de la splendeur de son œuvre ; Lui qui, si souvent, s’extasiait de la paisible beauté de son lac ou des couleurs flamboyantes des ciels de Galilée au couchant..





samedi 12 mai

- Donner à Dieu la joie de se promener :

- Les processions du Saint Sacrement ! Ma vie apostolique est balisée de processions nocturnes ou diurnes, sous toutes les latitudes, sur toutes les longitudes.

- Certaines dans des conditions pathétiques : Un soir de Pentecôte, à Haïti. À un moment deux loubards s’apprêtent à lancer des pavés. Que faire ? Rebrousser chemin piteusement ? Soudain, un jeune se poste devant l’ostensoir et lui souffle une bise. Ce geste désarme les motards agressifs, ils lâchent leurs pierres et tombent à genoux.

- Que de fêtes pour Dieu me restent dans l’âme ! Celles des Fêtes des Tentes aux Béatitudes, de Port au Prince, de Haïti ou du Kazakstan …


dimanche 13 mai


- Notre année à Jeunesse-Lumière se termine toujours par la procession de ‘’Corpus Domini’’ autour du Saint Père entre Saint Jean de Latran et Sainte Marie Majeure.

- Jusqu’au bout Jean-Paul II a voulu porter lui-même, à pied, son Seigneur.
Avec les années, de plus en plus courbé, on ne savait plus exactement qui portait qui, le Serviteur tout recroquevillé sur son Maître. Les dernières années, ils montent tous deux dans une camionnette reposoir, blanche et fleurie.

- Il pourrait s’asseoir, mais non, il reste à genoux, accroché au prie-Dieu, ne quittant pas un instant du regard, son Seigneur. Rien qu’à le voir, on se sent emporté par le mouvement de son adoration.

Réagir à cet articleRéagir à cet article

Un message, un commentaire ?

modération a priori

Attention, votre message n’apparaîtra qu’après avoir été relu et approuvé.

Qui êtes-vous ?

Pour afficher votre trombine avec votre message, enregistrez-la d’abord sur gravatar.com (gratuit et indolore) et n’oubliez pas d’indiquer votre adresse e-mail ici.

Ajoutez votre commentaire ici
  • Ce formulaire accepte les raccourcis SPIP [->url] {{gras}} {italique} <quote> <code> et le code HTML <q> <del> <ins>. Pour créer des paragraphes, laissez simplement des lignes vides.