Oraweb.net, l’oasis de prière du web
http://oraweb.net/Therese-Qui-est-elle-1

Thérèse : Qui est-elle ? -1

La découvrir pour devenir un saint facilement !


  • Télécharger l'article au format PDF Imprimer cet article
  • 24 mai 2011
  • réagir

La vie de Thérèse a été courte :

Entrée au carmel de Lisieux a 15 ans après de nombreuses péripéties, elles meurt à 24 ans en 1897, Thérèse est béatifiée en 1923, canonisée en 1925, patronne des missions en 1927 et docteur de l’Eglise en 1999 : un ouragan de gloire !



1° journée : QUI ETAIT THERESE ET SON ENVIRONNEMENT HUMAIN ET SPIRITUEL

L’ enfance et l’ adolescence de Thérèse


Toute son enfance et son adolescence ont été jalonnées
par des événements importants qui ont petit à petit éveillés,
puis fait éclore sa vocation. ·

Le jour de sa première communion,
elle confie :
" Ah, qu’ il fut doux le premier baiser de Jésus à mon âme. " ·

La nuit de Noël 1886, elle a treize ans,
Jésus la guérit de sa grande sensibilité
due à la mort prématurée de sa maman à 4 ans et demi
et au départ pour le Carmel
de ses deux grandes sœurs :
d’ abord Pauline, sa seconde maman, puis Marie, sa marraine.

Voici, son témoignage :

" En cette nuit, Jésus me rendit forte et courageuse ...

En un instant l’ ouvrage que je n’ avais pu faire en 10 ans,
Jésus le fit,
se contentant de ma bonne volonté ...

Il fit de moi un pêcheur d’ âmes
je sentis un grand désir de travailler à la conversion des pécheurs ;
Je sentis en un mot la charité entrer dans mon coeur"

Puis, quelques temps plus tard,
devant une photo de Jésus en croix,
elle brûle du désir de sauver les grands pécheurs :

Comme Pranzini, cet assassin condamné à mort.

Thérèse a beaucoup prié pour lui ;

Juste avant son exécution,
il embrasse son crucifix,
signe demandé par Thérèse ;
Pranzini sera son " premier enfant " ·

Enfin, lors d’ un pèlerinage en Italie, avec des prêtres,
elle écrit :

" J’ ai compris ma vocation :
Sauver les âmes et surtout prier pour les prêtres"

Voilà donc, rapidement présentées, les différents points de la vie de Thérèse dans le monde.



Thérèse : religieuse au carmel de Lisieux

Thérèse rentre au Carmel à 15 ans et y meurt à 24 ans.
C’est une jeune fille simple et effacée,
mais avec du caractère. ·

Que fait-elle au Carmel ?

Des travaux tout simples : le ménage, la lessive,
Adjointe à l’infirmerie et à la porterie.
Elle écrit des poèmes et des pièces de théâtre pour distraire la communauté ;

Elle raconte l’histoire de sa vie dans les manuscrits autobiographiques ;
par obéissance à ses supérieures,

Elle occupe les fonctions de maîtresse des novices ·



Qui était-elle ?

Au couvent,
elle s’ appelait Thérèse de l’enfant Jésus et de la Sainte Face :

Thérèse : comme Thérèse d’Avilla, sa sainte patronne

. De l’enfant Jésus : par amour de Jésus, se révélant aux petits.

De la Sainte face :
Par amour de Jésus crucifié pour nous,

Elle était humble et forte, avec du caractère,
alors que le style imagé de ses écrits et les peintures romantiques
influencés par le XIX° siècle,
donnent une fausse impression doucereuse de sa personnalité

Il n’ en est rien : Thérèse était une battante




Thérèse après sa mort

Quand elle est morte, le 30 septembre 1897,
il n’ avait que 30 personnes
à suivre son corbillard vers le cimetière de Lisieux ;

et une religieuse du Carmel se demandait
ce qu’ on pourrait bien raconter
sur cette jeune sœur gentille et effacée

Et pourtant,
28 ans après sa mort, ·
Elle a été béatifiée, en 1923 ·
Elle a été canonisée en 1925 ·
Elle a été proclamée patronne des missions en 1927 :
Et docteur de l’Eglise en 1997
un ouragan de gloire ! ·

Pie XI a dit d’ elle :

C’ est la plus grande sainte des " temps modernes "

et elle est restée 9 ans
derrière les grilles du Carmel ! .



L’ environnement spirituel de Thérèse


Pour bien comprendre Thérèse, il est indispensable
de connaître son environnement spirituel
et de bien ressituer la spiritualité
dans laquelle elle a vécu dans son enfance et surtout au Carmel.

Les mortifications étaient courantes et on craignait les grâces mystiques.

Ces pratiques trouvent leurs origines dans deux causes :

- L’ orientation vers la mortification et l’ascèse prise par le Carmel
à la suite de la réforme carmélitaine au XVI°et XVII° siècle, en Espagne et en France.

- Une place importante donnée à la mortification et à l’amour par saint Jean de la Croix dans sa spiritualité.

- En France,

¤ La connaissance de l’amour diminue par le Jansénisme, courant religieux très connu et caractérisé par :

. Un climat de crainte de Dieu

. L’ image d’ un Dieu-Justice

. La pratique de nombreux efforts au lieu de s’ abandonner.

¤ Le souvenir de la révolution française accentue cette orientation " parce qu’elle a été un gros péché qu’on voulait réparer "

On arrive donc à une spiritualité de justice + une spiritualité de réparation ;

" Des âmes victimes " s’offrent la Justice pour apaiser la colère de Dieu,
comme des paratonnerres reçoivent la foudre ;

La piété penche vers l’ascèse et la réparation ;

Voici le chemin de perfection qui était proposé à cette époque.



Et puis, arrive une jeune fille nommée Thérèse Martin : Qu ’a-t-elle fait ?
Pourquoi l’Eglise la-t-elle reconnue et donnée une telle place ?

C’est très simple : Thérèse a fait une révolution silencieuse et cachée.

Elle a fait redécouvrir à ses contemporains et à chacun d’ entre nous,
marqués encore par le Jansénisme,
l’amour de Dieu.

Avant, c’ était la loi de la crainte ;

Par Thérèse, c’ est la loi de l’Amour,
vécue dans son cœur et dans ses actes

Le Père Marie Eugène de l’Enfant Jésus, qui a 29 ans,
le jour de la béatification de Thérèse, le 23 avril 1923,
dit :

" Je crois que c’ est le plus beau jour de ma vie.
La mission de Thérèse est une effusion de l’Amour divin dans les âmes.
La béatification marque l’authenticité divine de cette mission
Nous voici maintenant officiellement encouragés à marcher dans cette voie,
à croire nous aussi à l’amour divin "

Ces propos du Père Eugène sont de nouveau confirmés
par le doctorat de Thérèse en 1997 :

Sa doctrine est juste et imitable par tous .

Fin de la première journée

Pour voir la 2° journée : L’amour de Jésus pour Thérèse

Réagir à cet articleRéagir à cet article

Un message, un commentaire ?

modération a priori

Attention, votre message n’apparaîtra qu’après avoir été relu et approuvé.

Qui êtes-vous ?

Pour afficher votre trombine avec votre message, enregistrez-la d’abord sur gravatar.com (gratuit et indolore) et n’oubliez pas d’indiquer votre adresse e-mail ici.

Ajoutez votre commentaire ici
  • Ce formulaire accepte les raccourcis SPIP [->url] {{gras}} {italique} <quote> <code> et le code HTML <q> <del> <ins>. Pour créer des paragraphes, laissez simplement des lignes vides.