Oraweb.net, l’oasis de prière du web
http://oraweb.net/Therese-et-la-Charite-6

Thérèse et la Charité- 6


  • Télécharger l'article au format PDF Imprimer cet article
  • 25 novembre 2015
  • réagir

1° Témoignage de Thérèse

- " Il se trouve dans la communauté une sœur qui a le talent de me déplaire en toutes choses :
ses manières, ses paroles, son caractère me semblent très désagréables.

- Aussi, ne voulant pas céder à l’antipathie naturelle que j’éprouvais,
je me dis que la Charité ne devait pas consister dans les sentiments,
mais dans les œuvres ;
alors, je me suis appliquée à faire pour cette sœur
ce que j’aurais fait pour la personne que j’aime le plus…

- Chaque fois que je la rencontrais,
je priais le bon Dieu pour elle ;
de plus, je tachais de lui rendre tous les services possibles
et quand j’avais la tentation de lui répondre d’une façon désagréable,
je me contentais de lui faire mon plus aimable sourire.

- Un jour, à la récréation, elle me dit d’un air content :
" voudriez vous me dire sœur Thérèse ce qui vous attire en moi.
A chaque fois que vous me rencontrez, je vous vois sourire "

- " Oh, ce qui m’attirait, c’était Jésus caché au fond de son âme !

Je lui répondis que je lui souriais parce que j’étais contente de la voir
- bien entendu, je n’ajoutais pas que c’était sur un plan spirituel ! "


2° Témoignage de Thérèse :

- " J’ai remarqué que les sœurs les plus saintes sont les plus aimées :
on recherche leur conversation,
on leur rend des services sans qu’elles le demandent…
Les âmes imparfaites, au contraire, ne sont pointes recherchées…

-  ; en disant les âmes imparfaites
je ne veux pas seulement parler des imperfections spirituelles….
Je veux parler du manque de jugement,
d’éducation, de la susceptibilité de certains caractères,
toutes choses qui ne rendent pas la vie très agréable……

- Voici la conclusion que j’en tire :
Je dois rechercher en récréation la compagnie des sœurs qui me sont le moins agréables,
remplir près de ces âmes blessées l’office du bon Samaritain :
- Une parole, un sourire aimable,
suffisent souvent pour épanouir une âme triste.


- 3 Remarque de Thérèse à ses sœurs pendant une promenade dans le verger du carmel

- Regardez ces poires très laides en apparence ;
elles sont l’image des sœurs qui nous déplaisent.
A l’automne,
quand on nous donnera ces fruits débarrassés des corps étrangers qui les défigurent,
nous les mangerons avec plaisir.

- De même, au dernier jour,
nous serons dans l’étonnement de voir nos sœurs débarrassées de toutes leurs imperfections
et qui nous paraitront des saintes.


-  4 - Pensée de Thérèse

Quel mystère,
par notre charité pratiquée dans l’ombre et par nos petits actes,
nous convertissions au loin des âmes
et nous aidons les missionnaires.

Réagir à cet articleRéagir à cet article

Un message, un commentaire ?

modération a priori

Attention, votre message n’apparaîtra qu’après avoir été relu et approuvé.

Qui êtes-vous ?

Pour afficher votre trombine avec votre message, enregistrez-la d’abord sur gravatar.com (gratuit et indolore) et n’oubliez pas d’indiquer votre adresse e-mail ici.

Ajoutez votre commentaire ici
  • Ce formulaire accepte les raccourcis SPIP [->url] {{gras}} {italique} <quote> <code> et le code HTML <q> <del> <ins>. Pour créer des paragraphes, laissez simplement des lignes vides.