Oraweb.net, l’oasis de prière du web
http://oraweb.net/Un-serviteur-n-est-pas-plus-grand-que-son-maitre

Un serviteur n’est pas plus grand que son maître

« Je dispose donc de ce Royaume en votre faveur,
afin que vous mangiez et buviez à ma table
dans mon Royaume. »
Qui invite-t-on à sa table, sinon ses amis, ses intimes ?


  • Télécharger l'article au format PDF Imprimer cet article
  • Père Gabriel
  • 19 avril 2016
  • réagir
  • 1 vote

Au début du repas pascal,
Luc, aussi bien que Jean, souligne la violence de l’amour
que Jésus porte au siens.

« J’ai tant désiré manger avec vous cette Pâque avant de souffrir !
Car Je vous dis que Je ne la mangerai plus,
jusqu’à ce qu’elle trouve son accomplissement
dans le Royaume de Dieu. »

Et Jean :

« Or, avant la fête de la Pâque,
Jésus sachant que son heure était venue de passer de ce monde vers son Père,
ayant aimé les siens qui étaient dans le monde,
les aima extrêmement ».

En définitive, venu du Père, c’est dans ce Père qu’Il nous voit.
Tout prêt de retourner vers son Père,
Il passe tout naturellement de sa famille divine, qu’Il va réintégrer, à ses amis qu’Il va quitter, mais qu’Il veut introduire et inviter à la table divine.

Jésus est un ami fidèle.
Il se souvient du jour de la multiplication des pains où,
après le discours sur le Pain de Vie,
les amis d’un jour le quittent.
Il se souvient de sa question brûlante aux Douze :

« Et vous, voulez-vous me quitter ? »
Ils sont restés… et Il ne l’oublie pas :
« Quand à vous, vous êtes ceux qui,
dans mes épreuves,
êtes demeurés constamment avec Moi »

Ce qui brûle son cœur, vis-à-vis des siens, c’est cet amour infini,
venu de la Trinité,
car les intentions de son Père à son égard,
voici ce dont Il rêve de faire bénéficier ses amis fidèles,
ceux qui sont restés.

Et son amour est tellement grand à leur égard que
c’est ce même amour dont le Père l’aime,
qu’Il veut voir se déverser à grands flots et à gros bouillons
sur ses amis.

« Et Moi, selon que mon Père a disposé d’un Royaume en ma faveur,
J’en dispose en votre faveur. »

Et pour bien montrer que nous serons chez Lui,
dans notre vraie famille, dans la famille de Dieu,
près de Lui, Il nous invite à sa table.

« Je dispose donc de ce Royaume en votre faveur,
afin que vous mangiez et buviez à ma table
dans mon Royaume. »

Qui invite-t-on à sa table, sinon ses amis, ses intimes ?

Ses amis, ses disciples d’ailleurs le respectaient et l’aimaient,
lui décernant les noms de Maître et Seigneur.

« Vous m’appelez Maître et Seigneur et vous dites bien,
car Je le suis. »

Et Pierre s’il résiste à Jésus quand celui-ci veut lui laver les pieds, change immédiatement d’avis devant la menace d’un séparation.

"Si je ne te lave pas les pieds, tu n’as pas de part avec Moi. Simon-Pierre lui dit : Seigneur, non seulement les pieds, mais encore les mains et la tête"

On ne peut être plus enthousiaste.

Père Gabriel






Réagir à cet articleRéagir à cet article

Un message, un commentaire ?

modération a priori

Attention, votre message n’apparaîtra qu’après avoir été relu et approuvé.

Qui êtes-vous ?

Pour afficher votre trombine avec votre message, enregistrez-la d’abord sur gravatar.com (gratuit et indolore) et n’oubliez pas d’indiquer votre adresse e-mail ici.

Ajoutez votre commentaire ici
  • Ce formulaire accepte les raccourcis SPIP [->url] {{gras}} {italique} <quote> <code> et le code HTML <q> <del> <ins>. Pour créer des paragraphes, laissez simplement des lignes vides.



Pour suivre Jesus