Oraweb.net, l’oasis de prière du web
http://oraweb.net/Une-semaine-avec-l-encyclique

L’encyclique : Lumen Fidei


  • Télécharger l'article au format PDF Imprimer cet article
  • 17 juillet 2013
  • réagir
  • 1 vote


La première encyclique écrite par deux papes a été publiée vendredi 5 juillet 2013 ;

Bien avancée par Benoit 16, elle a été complétée par le pape François.

Vous pourrez lire le texte intégral sur le site du Vatican

Nous avons pris le parti de vous donner des extraits au fil de nos lectures ;

voici un passage qui nous a touché et éclairé sur l’idolâtrie qui se manifeste sous des formes diverses à notre époque : LES IDOLES ET LA FOI

lundi 15 juillet

L’incrédulité d’Israël

L’histoire d’Israël nous montre encore la tentation de l’incrédulité à laquelle le peuple a succombé plusieurs fois. L’idolâtrie apparaît ici comme l’opposé de la foi. Alors que Moïse parle avec Dieu sur le Sinaï, le peuple ne supporte pas le mystère du visage divin caché ; il ne supporte pas le temps de l’attente.


mardi 16 juillet

S’ouvrir à la source de la lumière

Par sa nature, la foi demande de renoncer à la possession immédiate que la vision semble offrir, c’est une invitation à s’ouvrir à la source de la lumière, respectant le mystère propre d’un Visage, qui entend se révéler de façon personnelle et en temps opportun.


mercredi 16 juillet

La définition de l’idolâtrie

Martin Buber citait cette définition de l’idolâtrie proposée par le rabbin de Kock : il y a idolâtrie « quand un visage se tourne respectueusement vers un visage qui n’est pas un visage »

Au lieu de la foi en Dieu on préfère adorer l’idole, dont on peut fixer le visage, dont l’origine est connue parce qu’elle est notre oeuvre.

Devant l’idole on ne court pas le risque d’un appel qui fasse sortir de ses propres sécurités, parce que les idoles « ont une bouche et ne parlent pas » (Ps 115, 5).


jeudi 17 juillet

L’homme se disperse dans la multiplicité de ses désirs

Nous comprenons alors que l’idole est un prétexte pour se placer soi-même au centre de la réalité, dans l’adoration de l’œuvre de ses propres mains.

Une fois perdue l’orientation fondamentale qui donne unité à son existence, l’homme se disperse dans la multiplicité de ses désirs. Se refusant à attendre le temps de la promesse, il se désintègre dans les mille instants de son histoire.

Pour cela l’idolâtrie est toujours un polythéisme, un mouvement sans but qui va d’un seigneur à l’autre.



vendredi 18 juillet

L’idolâtrie offre une multiplicité de sentiers

L’idolâtrie n’offre pas un chemin, mais une multiplicité de sentiers, qui ne conduisent pas à un but certain et qui prennent plutôt l’aspect d’un labyrinthe.

Celui qui ne veut pas faire confiance à Dieu doit écouter les voix des nombreuses idoles qui lui crient : « Fais-moi confiance ! ».


samedi 19 juillet

La foi est une rupture avec les idoles

Dans la mesure où la foi est liée à la conversion, elle est l’opposé de l’idolâtrie ;

elle est une rupture avec les idoles pour revenir au Dieu vivant, au moyen d’une rencontre personnelle.

Croire signifie s’en remettre à un amour miséricordieux qui accueille toujours et pardonne, soutient et oriente l’existence, et qui se montre puissant dans sa capacité de redresser les déformations de notre histoire




dimanche 21 juillet

Trouver une route stable

La foi consiste dans la disponibilité à se laisser transformer toujours de nouveau par l’appel de Dieu.

Voilà le paradoxe : en se tournant continuellement vers le Seigneur, l’homme trouve une route stable qui le libère du mouvement de dispersion auquel les idoles le soumettent.

Réagir à cet articleRéagir à cet article

Un message, un commentaire ?

modération a priori

Attention, votre message n’apparaîtra qu’après avoir été relu et approuvé.

Qui êtes-vous ?

Pour afficher votre trombine avec votre message, enregistrez-la d’abord sur gravatar.com (gratuit et indolore) et n’oubliez pas d’indiquer votre adresse e-mail ici.

Ajoutez votre commentaire ici
  • Ce formulaire accepte les raccourcis SPIP [->url] {{gras}} {italique} <quote> <code> et le code HTML <q> <del> <ins>. Pour créer des paragraphes, laissez simplement des lignes vides.