Oraweb.net, l’oasis de prière du web
http://oraweb.net/reflexion-spi-du-23-au-29-avril
      Semaine 3 après Pâques

Semaine 3 après Pâques

Mère Térésa, le roi Baudoin, Grignon de Montfort nous ouvre le coeur


  • Télécharger l'article au format PDF Imprimer cet article
  • 31 mars 2014
  • réagir



lundi 23 avril

Merci Seigneur

- Seigneur toi le maître de toutes choses,
Des grandes et des petites,
Nous voulons te rendre grâces
Pour ce que tu fais et pour ce que tu es.

- Merci pour les choses familières
Le pain, le vent, la terre et l’eau ;
Pour les hommes simples en qui tout est lumière ;
Pour la musique et le silence,
Pour le rythme et le repos.

- Merci pour la paix qui vient de toi.
Pour la nuit paisible et le silence
Pour le temps que tu nous donnes
Pour la vie et pour la grâce.

- Merci Seigneur d’être là,
De m’écouter,
De me prendre au sérieux,

- Merci Seigneur,
Merci !

d’après Michel Quoist et la revue prier et l’oratoire du louvre




mardi 24 avril

Prière du roi Beaudoin

- Le roi Beaudoin de Belgique priait cette belle prière :

- Seigneur, je fais souvent des rêves qui sont à coté de la plaque.
Je pense souvent à la mission que tu m’as confiée et pour laquelle je suis né.

- J’oublie trop souvent que j’existe avant toute autre chose pour Toi, pour t’adorer, pour te contempler, pour aimer tous ceux que tu mets sur mon chemin, mias pour les aimer comme Toi tu les aimes avec ton amour.

- Jésus, s’il te plait, aide-moi à garder le cap toujours et à chaque instant sur Toi,

- Ô mon Dieu, pardonne à l’insecte que je suis de vouloir être un beau cheval ;

- Rends moi humble Seigneur tout puissant et heureux d’avoir été crée petit.

L’Eucharisite à l’école des saints de Nicolas Buttet


mercredi 25 avril

Mère Teresa

- Si tu juges les gens tu n’as pas le temps de les aimer.

- C’est en revêtant le Christ que l’on peut le plus apporter de charité aux autres.

- Nous ne saurons jamais tout le bien qu’un simple sourire peut être capable de faire.

- Si nous sommes pleins du péché, Dieu ne peut nous remplir, car Dieu lui-même ne peut remplir ce qui est plein. Voilà pourquoi nous avons besoin du pardon : nous nous vidons, et Dieu nous remplit de lui-même.

- On ne peut pas faire de grandes choses - rien que des petites avec un immense amour.




jeudi 26 avril

Avec Edih Stein

CHARITE

- Pour le chrétien, il n’y a pas d’étranger ; le prochain est toujours celui qui se trouve devant nous et qui a le plus besoin de nous - qu’il soit parent ou non, que nous le trouvions sympathique ou non, qu’il soit ou non moralement digne de notre aide.

- L’amour du Christ ne connait pas de limites, il n’a pas de cesse et n’est rebuté ni par la laideur, ni par la saleté.

FOI

- Les mystères du christianisme forment un tout indivisible. Si l’on se plonge dans l’un, on est conduit à tous les autres. C’est ainsi que le chemin qui commence à Bethléem mène immanquablement au Golgotha, de la crèche à la croix.

- Le Christ pauvre anéanti, crucifié et même abandonné par son Père céleste a été dépouillé de tout, de tout résidu d’ego, humilié dans son être le plus intime.

PRIERE

- Quand il n’est pas possible d’obtenir le moindre calme extérieur, quand on n’a pas de pièce où se retirer, quand des devoirs impérieux empêchent une seule heure de silence,

- Alors se retirer au moins en soi le temps d’un clin d’œil et s’enfuir auprès du Seigneur. Il est là et peut nous donner ce dont nous avons besoin en un unique clin d’œil

Edih Stein



vendredi 27 avril


L’Esprit-Saint

- Dieu s’occupe de chacun de nous

L’Esprit Saint a de la joie à être chez nous… C’est là notre trésor, notre richesse. Cet Esprit de Dieu, cet Esprit d’Amour qui est en nous et qui travaille en chacun de nous avec le même soin, avec la même puissance que pour l’Eglise tout entière.

- Travailler avec l’Esprit Saint

L’Esprit-Saint a besoin de notre docilité, de notre attention, beaucoup plus que de notre force. De la force, il en a, lui, la force infinie, et il nous en donnera si nous n’en avons pas.

Soyons ouverts à l’Esprit Saint : voilà la première condition de notre vie spirituelle.

- L’Esprit Saint va chez les pauvres

- Sentir sa pauvreté, c’est la grâce des instruments de Dieu. Dites-lui : « je suis pauvre… ». L’Esprit Saint va chez les pauvres. Il vous aidera : Il ne demande pas mieux !





samedi 28 avril

Louis Grignon de Montfort et JPII

"Ma devise Totus Tuus" et mes armoiries épiscopales

- « L’Eglise, dès ses origines, et en particulier dans les moments les plus difficiles, a contemplé avec une intensité particulière l’un des événements de la Passion de Jésus Christ rapporté par saint Jean :

- "Or près de la croix de Jésus se tenaient sa mère et la sœur de sa mère, Marie, femme de Clopas, et Marie de Magdala. Jésus donc voyant sa mère et, se tenant près d’elle, le disciple qu’il aimait, dit à sa mère : "Femme, voici ton fils." Puis il dit au disciple : "Voici ta mère". Dès cette heure-là, le disciple l’accueillit chez lui" (Jn 19, 25-27).

- Au cours de son histoire, le Peuple de Dieu a fait l’expérience de ce don fait par Jésus crucifié : le don de sa Mère. La Très Sainte Vierge est véritablement notre Mère, qui nous accompagne dans notre pèlerinage de foi, d’espérance et de charité vers l’union toujours plus intense avec le Christ, l’unique sauveur et médiateur du salut [1].

- Comme on le sait, dans mes armoiries épiscopales, qui sont l’illustration symbolique du texte qui vient d’être cité, la devise Totus tuus s’inspire de la doctrine de saint Louis-Marie Grignion de Montfort.

- Ces deux paroles expriment l’appartenance totale à Jésus par Marie : "Tuus totus ego sum, et omnia mea tua sunt", écrit saint Louis-Marie ; et il traduit : "Je suis tout à vous, et tout ce que j’ai vous appartient, ô mon aimable Jésus, par Marie, votre sainte Mère" [2]. »


dimanche 29 avril

La vraie dévotion à Marie

- La vraie dévotion est tendre, c’est-à-dire pleine de confiance en la sainte Vierge, comme d’un enfant dans sa bonne mère.

- Elle fait qu’une âme recourt à elle en tous ses besoins de corps et d’esprit, avec beaucoup de simplicité, de confiance et de tendresse.

- Elle implore l’aide de sa bonne Mère en tous temps, eu tous lieux et en toutes choses : dans ses doutes, pour en être éclaircie ; dans ses égarements, pour en être redressée ; dans ses tentations, pour être soutenue ; dans ses faiblesses, pour être fortifiée ;

- Dans ses chutes, pour être relevée ; dans ses découragements, pour être encouragée ; dans ses scrupules, pour en être ôtée ; dans ses croix, travaux et traverses de la vie, pour en être consolée ;

- Enfin, en tous ses maux de corps et d’esprit, Marie est son recours ordinaire, sans crainte d’importuner cette bonne Mère et de déplaire à Jésus-Christ.

Saint Louis Grignon de Montfort dont c’est la fête aujourd’hui

(Semaine 3 après Pâques-Du 23 au 29 avril 2012)

Réagir à cet articleRéagir à cet article

Un message, un commentaire ?

modération a priori

Attention, votre message n’apparaîtra qu’après avoir été relu et approuvé.

Qui êtes-vous ?

Pour afficher votre trombine avec votre message, enregistrez-la d’abord sur gravatar.com (gratuit et indolore) et n’oubliez pas d’indiquer votre adresse e-mail ici.

Ajoutez votre commentaire ici
  • Ce formulaire accepte les raccourcis SPIP [->url] {{gras}} {italique} <quote> <code> et le code HTML <q> <del> <ins>. Pour créer des paragraphes, laissez simplement des lignes vides.