Oraweb.net, l’oasis de prière du web
http://oraweb.net/saint-Augustin-2369

saint Augustin


  • Télécharger l'article au format PDF Imprimer cet article
  • 28 août 2014
  • réagir
  • 2 votes

- Né en 354 à Tagaste en Algérie, Augustin fait ses études à Carthage où il vit plusieurs aventures amoureuses. Il a un fils en 372, Adéotat, d’une jeune maîtresse à laquelle il reste lié durant quatorze ans. Il enseigne pendant neuf ans à Carthage, puis à Rome et à Milan.

- Il est déçu et inquiet, cherche le repos en Dieu, comme il l’écrira plus tard dans un livre personnel qui traversera les siècles, Les Confessions : « Tu nous as faits pour toi et notre cœur est sans repos jusqu’à tant qu’il repose en toi. »

- Augustin cherche Dieu ; là est le fondement de son désir. « Louera le Seigneur quiconque le cherche. Qui cherche, en effet, le trouvera et, trouvant, le louera » (Conf. I, 1). Ce désir de chercher et de louer Dieu est un dynamisme intérieur, une libre attraction que tout peut détourner. « C’était toi que je cherchais. Tu étais et au-dedans du plus profond et au-dessus du plus haut de mon être » (Conf. III, 11).

- Ce Dieu intime révélé dans le Christ lui sera surtout communiqué par la prédication de saint Ambroise, évêque de Milan, et par la lecture de saint Paul, dont l’épître aux Romains lui procure « une lumière de sérénité déversée dans mon cœur » (Conf. VIII, 29).

- Il reçoit le baptême en 387, l’année de ses trente-trois ans, en même temps que son fils. Cette conversion, il la doit beaucoup aux larmes et aux prières de sa mère, qui deviendra sainte Monique.

- La tension vers Dieu creuse le désir qui devient une soif d’amour infini, malgré les limites et les peurs. Sur ce chemin du retour à Dieu, « Aime et fais ce que tu veux », dit Augustin, même si chacun fait ce qu’il peut. Pour lui, l’amour est le guide qui nous aide à aller au-delà de nous-mêmes.

- Comment ? En plongeant en nous-mêmes par la prière intérieure et le désir. « Il est dans l’âme une autre prière, intérieure celle-là, qui n’a pas de cesse, c’est le désir. Quoi que tu fasses, si tu désires le sabbat éternel, tu ne cesses de prier. Si tu ne veux pas cesser de prier, ne cesse pas non plus de désirer » (Homélies sur les psaumes). Il s’agit de revenir à soi, au plus intime du cœur, où Dieu demeure.

- je te chercher pour que vive mon âme, puisque la vie de mon corps, c’est mon âme et que la vie de mon âme, c’est toi ! » (Conf. X, 20). Plus il trouve Dieu, plus il le cherche, car son désir s’agrandit à la mesure de sa prière.

Du blogue de Jacques Gauthier-

Réagir à cet articleRéagir à cet article

Un message, un commentaire ?

modération a priori

Attention, votre message n’apparaîtra qu’après avoir été relu et approuvé.

Qui êtes-vous ?

Pour afficher votre trombine avec votre message, enregistrez-la d’abord sur gravatar.com (gratuit et indolore) et n’oubliez pas d’indiquer votre adresse e-mail ici.

Ajoutez votre commentaire ici
  • Ce formulaire accepte les raccourcis SPIP [->url] {{gras}} {italique} <quote> <code> et le code HTML <q> <del> <ins>. Pour créer des paragraphes, laissez simplement des lignes vides.



Coeur à coeur avec Jésus