Vous cherchez Jésus de Nazareth, le crucifié; Il est ressuscité Marc 16,6

Guérison de Bartimée

Méditation de l’évangile du lundi 20 novembre

Évangile de Jésus Christ selon saint Luc 18,35-43.

Alors que Jésus approchait de Jéricho, un aveugle mendiait, assis au bord de la route.
Entendant la foule passer devant lui, il s’informa de ce qu’il y avait.
On lui apprit que c’était Jésus le Nazaréen qui passait.
Il s’écria : « Jésus, fils de David, prends pitié de moi ! »
Ceux qui marchaient en tête le rabrouaient pour le faire taire. Mais lui criait de plus belle : « Fils de David, prends pitié de moi ! »
Jésus s’arrêta et il ordonna qu’on le lui amène. Quand il se fut approché, Jésus lui demanda :
« Que veux-tu que je fasse pour toi ? » Il répondit : « Seigneur, que je retrouve la vue. »
Et Jésus lui dit : « Retrouve la vue ! Ta foi t’a sauvé. »
À l’instant même, il retrouva la vue, et il suivait Jésus en rendant gloire à Dieu. Et tout le peuple, voyant cela, adressa une louange à Dieu.

Méditation de l’évangile du lundi 20 novembre

Jésus est attentif à ceux qu’Il rencontre. Le voici à Jéricho :

“Et comme Il sortait de Jéricho avec ses disciples et une foule nombreuse,le fils de Timée, Bartimée, un mendiant aveugle, était assis au bord de la route. Et apprenant que c’était Jésus de Nazareth, il se mit à crier et à dire : Fils de David, Jésus, aie pitié de moi !

Plusieurs le réprimandaient pour le faire taire. Mais lui criait beaucoup plus fort : Fils de David, aie pitié de moi !

Et Jésus s’arrêtant, dit : Appelez-le. Et on appelle l’aveugle en lui disant : Courage ! Lève-toi : Il t’appelle. Et lui, jeta son manteau, bondit et vint en face de Jésus.

Et Jésus, lui adressant la parole, dit : Que veux-tu que Je fasse pour toi ?

Et l’aveugle lui dit : Rabbouni, que je voie !

Et Jésus lui dit : Va, ta foi t’a sauvé et aussitôt l’aveugle recouvra la vue”

Marc nous rapporte cette guérison en une série d’instantanés. Le mouvement de la foule est particulièrement bien évoqué. La foule vient de tancer l’aveugle pour l’empêcher de crier, mais dès que le prophète s’occupe de lui, il devient “une vedette” et chacun de l’encourager à qui mieux mieux.

Un autre flash très réussi, c’est le moment où il laisse tomber son manteau pour bondir vers Jésus, avec le dialogue rapide qui s’engage entre eux, pour aboutir à la guérison de Bartimée.

Dans cette histoire des aveugles de Jéricho, car ils sont deux à avoir été guéris, nous pouvons noter que Jésus redonne courage et espoir à des mendiants. Jésus a pris le temps de s’arrêter pour eux. Il prendra toujours le temps de s’arrêter avec nous car Il a pris le temps, nous dit Matthieu, de toucher les yeux des aveugles et ses mains leur apportent la guérison.

Puissent nos attitudes et nos gestes redonner plus d’espoir que nos paroles ! Car nos gestes peuvent être aussi amicaux que nos paroles et, eux aussi, porteurs d’attention.

Sa présence nous est toujours aussi nécessaire, et la lumière qu’Il nous apporte aujourd’hui est une lumière intérieure, lumière de sagesse et d’amitié qui éclaire notre route quotidienne et nous fait comprendre la souffrance selon les vues du Père. Même les malades entrent dans les vues d’amour du Père, mais seul, Jésus nous explique les mystères du Royaume.

Car c’est maintenant, dans la réalité de notre vie humaine de créature fragile, que le Royaume se construit en nous.

Père Gabriel