Vous cherchez Jésus de Nazareth, le crucifié; Il est ressuscité Marc 16,6

Après sa mort

Thérèse est morte, le 30 septembre 1897 et 30 personnes suivaient le corbillard au cimetière de Lisieux !

Une religieuse du Carmel se demandait ce qu’on pourrait bien raconter sur cette jeune sœur gentille et effacée.

Et pourtant,
Elle a été béatifiée, en 1923, 26 ans après sa mort
Elle a été canonisée en 1925
Elle a été proclamée patronne des missions en 1927
Et docteur de l’Eglise en 1997
un ouragan de gloire !

Pie XI a dit d’elle :

C’est la plus grande sainte des ” temps modernes “

Et elle est restée 9 ans derrière les grilles du Carmel !

Alors, quel est son secret ?

La nouveauté de Thérèse dans l’environnement spirituel de son temps

Pour bien comprendre Thérèse, il est indispensable de connaître son environnement spirituelet de bien ressituer la spiritualitédans laquelle elle a vécu dans son enfance et surtout au Carmel.

 Les mortifications étaient courantes et on craignait les grâces mystiques.

Ces pratiques trouvent leurs origines dans deux causes :

L’ orientation vers la mortification et l’ascèse prise par le Carmel à la suite de la réforme carmélitaine au XVI°et XVII° siècle, en Espagne et en France.

Une place importante donnée à la mortification et à l’amour par saint Jean de la Croix dans sa spiritualité.

En France,

¤ La connaissance de l’amour diminue par le Jansénisme, courant religieux très connu et caractérisé par :

. Un climat de crainte de Dieu

. L’ image d’ un Dieu-Justice

. La pratique de nombreux efforts au lieu de s’abandonner.

 

¤ Le souvenir de la révolution française accentue cette orientation  parce qu’elle a été un gros péché qu’on voulait réparer

On arrive donc à une spiritualité de justice + une spiritualité de réparation ;

” Des âmes victimes ” s’offrent la Justice pour apaiser la colère de Dieu,
comme des paratonnerres reçoivent la foudre ;

La piété penche vers l’ascèse et la réparation ;

Voici le chemin de perfection qui était proposé à cette époque.



Et puis, arrive une jeune fille nommée Thérèse Martin : Qu ’a-t-elle fait ?
Pourquoi l’Eglise la-t-elle reconnue et donnée une telle place ?

C’est très simple : Thérèse a fait une révolution silencieuse et cachée.

Elle a fait redécouvrir à ses contemporains et à chacun d’entre nous, marqués encore par le Jansénisme, l’amour de Dieu.

Avant, c’était la loi de la crainte ;

Par Thérèse, c’est la loi de l’Amour, vécue dans son cœur et dans ses actes


Le Père Marie Eugène de l’Enfant Jésus, qui a 29 ans, le jour de la béatification de Thérèse dit :

” La mission de Thérèse est une effusion de l’Amour divin dans les âmes.
La béatification marque l’authenticité divine de cette mission
Nous voici maintenant officiellement encouragés à marcher dans cette voie,
à croire nous aussi à l’amour divin “

Ces propos du Père Eugène sont de nouveau confirmés en 1997 :

Thérèse est  proclamée Docteur de l’Eglise : Désormais, sa doctrine est juste et imitable par tous.

Pour voir la suite : L’amour de Jésus pour Thérèse (3)