Vous cherchez Jésus de Nazareth, le crucifié; Il est ressuscité Marc 16,6

Jésus et son royaume

Méditation de l’évangile du dimanche 25 novembre

D’ailleurs, la charte de son royaume commence par ces mots : “Bienheureux les pauvres de coeur, le royaume des cieux est à eux” ; et continue par ceux-ci :  ” Bienheureux les doux, ils possèderont la terre.”

Évangile de Jésus-Christ selon saint Jean 18,33b-37.


En ce temps-là, Pilate appela Jésus et lui dit : « Es-tu le roi des Juifs ? »
Jésus lui demanda : « Dis-tu cela de toi-même, ou bien d’autres te l’ont dit à mon sujet ? »
Pilate répondit : « Est-ce que je suis juif, moi ? Ta nation et les grands prêtres t’ont livré à moi : qu’as-tu donc fait ? »
Jésus déclara : « Ma royauté n’est pas de ce monde ; si ma royauté était de ce monde, j’aurais des gardes qui se seraient battus pour que je ne sois pas livré aux Juifs. En fait, ma royauté n’est pas d’ici. »
Pilate lui dit : « Alors, tu es roi ? » Jésus répondit : « C’est toi-même qui dis que je suis roi. Moi, je suis né, je suis venu dans le monde pour ceci : rendre témoignage à la vérité. Quiconque appartient à la vérité écoute ma voix. »

Méditation de l’évangile du dimanche 25 novembre

Et aux accusations portées contre Lui par les grands prêtres et les anciens, Il n’a rien répondu. Alors, Pilate lui dit : Tu n’entends pas combien de témoignages on porte contre Toi ! Et il ne répondit sur aucun point , de sorte que le Gouverneur fut fort étonné.

Dans le dialogue entre Lui et Pilate, Jésus témoigne d’une étonnante liberté d’esprit et de parole. Sa royauté ne rentre pas en concurrence avec le pouvoir temporel; elle est de toute autre ordre.

Alors Pilate rentra dans le Prétoire ; il appela Jésus et lui dit : « Es-tu le roi des Juifs ? »Jésus lui demanda : « Dis-tu cela de toi-même, ou bien d’autres te l’ont dit à mon sujet ? » Pilate répondit : « Est-ce que je suis juif, moi ? Ta nation et les grands prêtres t’ont livré à moi : qu’as-tu donc fait ? » Jésus déclara : « Ma royauté n’est pas de ce monde ; si ma royauté était de ce monde, j’aurais des gardes qui se seraient battus pour que je ne sois pas livré aux Juifs. En fait, ma royauté n’est pas d’ici. »

Après cette nuit terrible, Jésus possède encore toute sa lucidité d’esprit et répond avec une clarté remarquable à Pilate, le tranquillisant de suite : il n’a rien à craindre de Rome. Il ne se trouve pas en face d’un vulgaire agitateur populaire, comme le laisse entendre ses ennemis. S’il se dit Roi, son royaume n’est pas de ce monde. César n’a rien à redouter.

De fait, il y a un royaume, mais ce royaume n’est pas de ce monde. Que les gouverneurs et les puissants ne craignent donc rien, jamais Il ne leur enlèvera leur cher pouvoir.

Lui, n’est que le Serviteur, et Il ne se fait pas appeler “bienfaiteur des peuples” après les avoir pressurés.

D’ailleurs, la charte de son royaume commence par ces mots : “Bienheureux les pauvres de coeur, le royaume des cieux est à eux” ; et continue par ceux-ci :  ” Bienheureux les doux, ils possèderont la terre.”

C’est l’envers du pouvoir des grands qui ne cherchent qu’argent et puissance politique. Non ! son royaume n’est pas de ce monde.

Pilate lui dit : « Alors, tu es roi ? » Jésus répondit : « C’est toi-même qui dis que je suis roi. Moi, je suis né, je suis venu dans le monde pour ceci : rendre témoignage à la vérité. Quiconque appartient à la vérité écoute ma voix. »

Prisonnier de Pilate, Il ose lui dire qu’il y a un autre pouvoir que le sien, plus important que le pouvoir politique, le pouvoir de la vérité. Pilate ne comprends pas : ” Qu’est ce que la Vérité “

Père Gabriel