Vous cherchez Jésus de Nazareth, le crucifié; Il est ressuscité Marc 16,6

Jésus rencontre Nathanaël

Méditation de l’Evangile du samedi 29 septembre

Pour chacun de nous d’ailleurs, avec la même acuité, un jour le regard de Jésus plonge dans l’âme et nous donne notre nom, notre définition que Lui seul connaît et nous révèle. Le regard de Jésus pénètre. Il rentre loin dans les cœurs et juge de leur valeur d’un seul coup

Évangile de Jésus-Christ selon saint Jean 1,47-51.


En ce temps-là, lorsque Jésus vit Nathanaël venir à lui, il déclara à son sujet : « Voici vraiment un Israélite : il n’y a pas de ruse en lui. »
Nathanaël lui demande : « D’où me connais-tu ? » Jésus lui répond : « Avant que Philippe t’appelle, quand tu étais sous le figuier, je t’ai vu. »
Nathanaël lui dit : « Rabbi, c’est toi le Fils de Dieu ! C’est toi le roi d’Israël ! »
Jésus reprend : « Je te dis que je t’ai vu sous le figuier, et c’est pour cela que tu crois ! Tu verras des choses plus grandes encore. »
Et il ajoute : « Amen, amen, je vous le dis : vous verrez le ciel ouvert, et les anges de Dieu monter et descendre au-dessus du Fils de l’homme. »

Méditation de l’Evangile du samedi 29 septembre

Jésus a une manière de parler qui témoigne d’une certitude intérieure qui bouleverse ses interlocuteurs. Car dans cette première rencontre avec Pierre, Jésus plonge son regard dans l’âme de Simon.

Et ce regard pénètre si avant qu’il définit l’apôtre et lui donne ce nom qui signifie tout l’être, ce nom que seul Dieu connaît et peut trouver.

Pour chacun de nous d’ailleurs, avec la même acuité, un jour le regard de Jésus plonge dans l’âme et nous donne notre nom, notre définition que Lui seul connaît et nous révèle. Le regard de Jésus pénètre. Il rentre loin dans les cœurs et juge de leur valeur d’un seul coup. Son regard pénètre au-delà de l’homme présent, pour atteindre toute la vie et en définit le rôle providentiel : “Tu t’appelleras Cephas, ce qui signifie : Pierre”.

Après André, Jean, Pierre, il en sera de même pour Philippe, conquis d’emblée par le Seigneur. « Le lendemain, Jésus résolut de partir pour la Galilée. Il va trouver Philippe et Jésus lui dit : suis-moi. Or, Philippe était de Bethsaïda, de la ville d’André et de Pierre »

« Philippe va trouver Nathanaël et lui dit : Celui de qui ont écrit Moïse dans la loi et les Prophètes, nous l’avons trouvé ! C’est Jésus, fils de Joseph, Jésus de Nazareth. Et Nathanaël lui dit : De Nazareth peut-il venir quelque chose de bon ? Philippe lui dit : Viens et vois ! »

Philippe lui aussi traduit sa découverte à Nathanaël avec enthousiasme, reprenant le vieux mot d’Archimède qui explose ici comme un cri de joie et de libération : “Eurêka” -“Nous l’avons trouvé !”. Ils ont découvert, en effet, Celui-là même dont Moïse a écrit dans la Loi, et dont les Prophètes nous ont entretenus. Pour un juif, pétri de toute cette attente, rendue plus lancinante depuis l’occupation romaine, quel beau jour que celui de cette rencontre où le Grand Prophète a laissé tomber ces mots à son égard : ” Accompagne-moi ! “

Jean, André, Pierre, Philippe, Nathanaël font tous partie du groupe de Jean-Baptiste puisque Jésus les rencontre avant de regagner la Galilée. Tous ces jeunes hommes vont quitter Jean-Baptiste pour s’engager avec cet homme dont le regard et les paroles les ont bouleversés. Pour eux, il réalise l’Espérance d’Israël; et leurs sentiments se résument bien dans le cri d’André adressé à son frère : “Nous avons trouvé le Messie !”

Père Gabriel