Vous cherchez Jésus de Nazareth, le crucifié; Il est ressuscité Marc 16,6

Le pain de vie, le corps du Christ : la plus géniale invention de Dieu

Méditation de l’évangile de dimanche 12 août

Jésus, dans la communion à sa chair livrée, à son sang versé, nous invite à venir puiser près de Lui la force d’accepter, comme Lui, notre propre condition d’homme mortel

Évangile de Jésus-Christ selon saint Jean 6,41-51.


En ce temps-là, les Juifs récriminaient contre Jésus parce qu’il avait déclaré : « Moi, je suis le pain qui est descendu du ciel. »
Ils disaient : « Celui-là n’est-il pas Jésus, fils de Joseph ? Nous connaissons bien son père et sa mère. Alors comment peut-il dire maintenant : “Je suis descendu du ciel” ? »
Jésus reprit la parole : « Ne récriminez pas entre vous.
Personne ne peut venir à moi, si le Père qui m’a envoyé ne l’attire, et moi, je le ressusciterai au dernier jour.
Il est écrit dans les prophètes : ‘Ils seront tous instruits par Dieu lui-même.’ Quiconque a entendu le Père et reçu son enseignement vient à moi.
Certes, personne n’a jamais vu le Père, sinon celui qui vient de Dieu : celui-là seul a vu le Père.
Amen, amen, je vous le dis : il a la vie éternelle, celui qui croit.
Moi, je suis le pain de la vie.
Au désert, vos pères ont mangé la manne, et ils sont morts ;
mais le pain qui descend du ciel est tel que celui qui en mange ne mourra pas.
Moi, je suis le pain vivant, qui est descendu du ciel : si quelqu’un mange de ce pain, il vivra éternellement. Le pain que je donnerai, c’est ma chair, donnée pour la vie du monde. »

Méditation de l’évangile de dimanche 12 août

Le sacrifice a toujours été l’acte essentiel de toutes les religions. Il visait à rendre sacrées, privilégiées, les relations entre l’homme et Dieu. Le sacrifice de Jésus n’y échappe pas, mais il rejoint Dieu, non dans l’offrande d’une victime extérieure à nous-mêmes, mais dans une acceptation parfaite de la volonté de Dieu à notre égard, jusque dans notre mort.

« C’est Moi qui suis le Pain Vivant descendu du Ciel. Si quelqu’un mange de ce Pain, il vivra à jamais. Et le pain que Je donnerai, c’est ma chair livrée pour la vie du monde

Ce Pain Vivant qui apporte une vie nouvelle à l’homme, c’est « la chair livrée » pour la vie du monde. L’allusion à sa mort est nette. C’est cette chair livrée à la volonté du Père dans la mort qui achemine l’homme au-delà de la vie terrestre, vers la vie éternelle.

Il y a déjà, posée là, toute l’acceptation par Jésus de la condition humaine, condition de créature finie et mortelle, s’abandonnant à la volonté du Père.

Jésus, dans la communion à sa chair livrée, à son sang versé, nous invite à venir puiser près de Lui la force d’accepter, comme Lui, notre propre condition d’homme mortel. Il nous demande d’avoir confiance en son Père, qui l’amène et le conduit, Lui le Fils de l’homme, vers sa propre résurrection, gage de la nôtre.

Mais ses paroles sont ” Esprit ” et sans la foi, elles nous rebuteraient, comme elles ont rebutèrent les juifs ses contemporains.

Jésus leur dit alors : « Amen, amen, je vous le dis : si vous ne mangez pas la chair du Fils de l’homme, et si vous ne buvez pas son sang, vous n’avez pas la vie en vous. Celui qui mange ma chair et boit mon sang a la vie éternelle ; et moi, je le ressusciterai au dernier jour. En effet, ma chair est la vraie nourriture, et mon sang est la vraie boisson.

Jésus , dans le banquet eucharistique nous invite à dévorer cette chaire livrée, à boire ce sang versé, symbole de son abandon au Père dans la mort. Elle nous invite donc à Le rejoindre totalement dans cette acceptation de ce que nous sommes : des hommes mortels, qui croient, comme Lui, à l’amour du Père.

La communion reste donc la plus géniale invention de l’amitié et du coeur d’un Dieu à notre égard. Dans la confiance, uni au Fils de l’homme, à travers les épreuves comme à travers les joies, nous voilà en marche vers la Résurrection, fortifiés par ce pain super nourrissant dont nous parle le Père.

Père Gabriel