Vous cherchez Jésus de Nazareth, le crucifié; Il est ressuscité Marc 16,6

Les insultes des ennemis de Jésus

Méditation de l’Evangile du dimanche 24 novembre

Très justement, Luc au moment de la crucifixion, fait  remarquer que le peuple regarde et se tait devant le désastre.alors que les gens en place insultent le condamné. « Hé ! toi qui détruis le Sanctuaire et le rebâtis en trois jours,sauve-toi toi-même, descends de la croix ! “

Évangile de Jésus-Christ selon saint Luc 23,35-43.


En ce temps-là, on venait de crucifier Jésus, et le peuple restait là à observer. Les chefs tournaient Jésus en dérision et disaient : « Il en a sauvé d’autres : qu’il se sauve lui-même, s’il est le Messie de Dieu, l’Élu ! » 
Les soldats aussi se moquaient de lui ; s’approchant, ils lui présentaient de la boisson vinaigrée, en disant : « Si tu es le roi des Juifs, sauve-toi toi-même ! » Il y avait aussi une inscription au-dessus de lui : « Celui-ci est le roi des Juifs. » L’un des malfaiteurs suspendus en croix l’injuriait : « N’es-tu pas le Christ ? Sauve-toi toi-même, et nous aussi ! » Mais l’autre lui fit de vifs reproches : « Tu ne crains donc pas Dieu ! Tu es pourtant un condamné, toi aussi ! Et puis, pour nous, c’est juste : après ce que nous avons fait, nous avons ce que nous méritons. Mais lui, il n’a rien fait de mal. » Et il disait : « Jésus, souviens-toi de moi quand tu viendras dans ton Royaume. » Jésus lui déclara : « Amen, je te le dis : aujourd’hui, avec moi, tu seras dans le Paradis. »

Méditation de l’Evangile du mercredi 24 novembre

Jésus, comme tous les condamnés à mort, est à la merci de la tourbe qui passe en l’insultant.

Les passants l’injuriaient en hochant la tête ;

Les passants l’injuriaient en hochant la tête ; ils disaient : « Toi qui détruis le Sanctuaire et le rebâtis en trois jours, sauve-toi toi-même, si tu es Fils de Dieu, et descends de la croix ! “

Mais comme tout condamné par la justice humaine, il est livré aux magistrats, et si les magistrats sont iniques, il lui faut boire la coupe jusqu’à la lie.

Les passants l’injuriaient en hochant la tête  De même, les grands prêtres se moquaient de lui avec les scribes et les anciens,”

C’est d’ailleurs la même hargne de la part des grands prêtres et des scribes. Tous ceux qui sont en place, qui craignent pour leur influence, se libère de leur crainte en se gaussant du condamné.

« Toi qui détruis le Sanctuaire et le rebâtis en trois jours, sauve-toi toi-même, si tu es Fils de Dieu, et descends de la croix ! »

De même, les grands prêtres se moquaient de lui avec les scribes et les anciens, en disant :« Il en a sauvé d’autres, et il ne peut pas se sauver lui-même ! Il est roi d’Israël : qu’il descende maintenant de la croix, et nous croirons en lui !  Il a mis sa confiance en Dieu. Car il a dit : “Je suis Fils de Dieu.” 

En dernier ce sera les soldats : ” ils donnèrent à boire à Jésus du vin mêlé de fiel ; il en goûta, mais ne voulut pas boire. Si tu es le roi des Juifs, sauve toi toi-même.”

Très justement, Luc au moment de la crucifixion, fait  remarquer que le peuple regarde et se tait devant le désastre.alors que les gens en place insultent le condamné.

Et voilà que va se réaliser la parole même qui l’accuse :
” Les passants l’injuriaient en hochant la tête : ils disaient : « Hé ! toi qui détruis le Sanctuaire et le rebâtis en trois jours,sauve-toi toi-même, descends de la croix ! “

Ce sont ces paroles du Seigneur justement qui vont libérer l’homme de la mort et qu’Il va réaliser. Elles furent prononcer au début de son ministère. Il vient de chasser les vendeurs du Temple, et furieux, les grands prêtres lui demandent des comptes :

” Quel signe peux-tu nous donner pour agir ainsi ?  Jésus leur répondit : « Détruisez ce sanctuaire, et en trois jours je le relèverai. » Les Juifs lui répliquèrent : « Il a fallu quarante-six ans pour bâtir ce sanctuaire, et toi, en trois jours tu le relèverais ! » Mais lui parlait du sanctuaire de son corps. Aussi, quand il se réveilla d’entre les morts, ses disciples se rappelèrent qu’il avait dit cela ; ils crurent à l’Écriture et à la parole que Jésus avait dite.”

Et voilà que dans trois jours, le corps de son corps sera rendu à la vie.

Père Gabriel