Vous cherchez Jésus de Nazareth, le crucifié; Il est ressuscité Marc 16,6

Les témoins de la résurrection : Les saintes femmes, Les gardes et les disciples…

Méditation de l’évangile du lundi de Pâques 2 avril

 Les apôtres désemparés, enfermés dans l’échec de Jésus, ne peuvent dépasser le deuil et les larmes. Ils ne sont surement pas prêts, d’après les textes que nous possédons, à admettre la résurrection.

Évangile de Jésus Christ selon saint Matthieu 28,8-15.

En ce temps-là, quand les femmes eurent entendu les paroles de l’ange, vite, elles quittèrent le tombeau, remplies à la fois de crainte et d’une grande joie, et elles coururent porter la nouvelle à ses disciples. 
Et voici que Jésus vint à leur rencontre et leur dit : « Je vous salue. » Elles s’approchèrent, lui saisirent les pieds et se prosternèrent devant lui. 
Alors Jésus leur dit : « Soyez sans crainte, allez annoncer à mes frères qu’ils doivent se rendre en Galilée : c’est là qu’ils me verront. » 
Tandis qu’elles étaient en chemin, quelques-uns des gardes allèrent en ville annoncer aux grands prêtres tout ce qui s’était passé. 
Ceux-ci, après s’être réunis avec les anciens et avoir tenu conseil, donnèrent aux soldats une forte somme 
en disant : « Voici ce que vous direz : “Ses disciples sont venus voler le corps, la nuit pendant que nous dormions.” 
Et si tout cela vient aux oreilles du gouverneur, nous lui expliquerons la chose, et nous vous éviterons tout ennui. » 
Les soldats prirent l’argent et suivirent les instructions. Et cette explication s’est propagée chez les Juifs jusqu’à aujourd’hui.

Méditation de l’évangile du lundi de Pâques 2 avril

Les gardes

Les gardes n’ont pas vu la résurrection. Mais, comme Marie de Magdala et Marie Jacobée qui arrivent au tombeau à l’aube, ils sont terrorisés par le tremblement de terre, l’ange du Seigneur roulant la pierre, et l’aspect de ce messager céleste :

« Son aspect était comme un éclair, et son vêtement blanc comme la neige. A sa vue, les gardes effrayés tremblèrent et devinrent comme morts »

Tout a contribué à démoraliser, à réduire à néant les hommes. Dans ce cas, on se rappelle la parole de saint Augustin : « Pauvres témoins dormants… Que peuvent-ils bien raconter en dehors de leurs songes et de leurs rêves ? »

Pierre et Jean

Luc a noté l’attitude de Pierre, lorsque les femmes viennent annoncer aux apôtre que le corps du Seigneur a disparu du tombeau. Les femmes radotent d’après eux, mais leurs paroles ont quand même remué de rudes marins et voici que Pierre, qui l’instant d’avant ironisait, court maintenant vers le tombeau.

“Alors Pierre se leva et courut au tombeau ; mais en se penchant, il vit les linges, et eux seuls. Il s’en retourna chez lui, tout étonné de ce qui était arrivé” Lui aussi, à son retour, n’arrive plus à comprendre.

Saint Jean, de son coté, note bien que c’est graduellement, après la découverte du tombeau vide, que lui, comme Pierre, commence à entrevoir l’immense mystère du Ressuscité. Il note même :

“Et il vit et il crut. C’est qu’il ne savait pas encore que, d’après l’écriture, il devait ressusciter d’entre les morts”

Ils attendaient un roi et un bonheur terrestre : c’est tout un autre mystère qui se révèlait à eux, cat cette résurrection ne pouvait être que le prélude  de la résurrection générale, et d’un changement complet pour l’humanité. Cette humanité se trouvait bien devant l’annonce de la Bonne Nouvelle du Royaume de Dieu. A nous, aux apôtres de changer de mentalité progressivement.

Marie de Magdala

“Ressuscité le matin, le premier jour de la semaine, Jésus apparut d’abord à Marie Madeleine, de laquelle il avait expulsé sept démons. Celle-ci partit annoncer la nouvelle à ceux qui, ayant vécu avec lui, s’affligeaient et pleuraient. Quand ils entendirent que Jésus était vivant et qu’elle l’avait vu, ils refusèrent de croire.”

Les apôtres désemparés, enfermés dans l’échec de Jésus, ne peuvent dépasser le deuil et les larmes. Ils ne sont surement pas prêts, d’après les textes que nous possédons, à admettre la résurrection.

“Et les apôtres, ayant entendu dire que Jésus vivait et avait été vu par Marie de Magdala, ne crurent pas.”

Le désespoir des apôtres et des amis de Jésus n’est guère en harmonie avec une crise d’illuminisme.

Les grands prêtres et les gardes

« Les grands prêtres s’étant rassemblés avec les anciens pour délibérer, ils donnèrent une bonne somme d’argent aux soldats, en leur disant : dites : les disciples sont venus la nuit le voler, pendant que nous dormions. Et si l’affaire parvient aux oreilles du gouverneur, nous l’apaiserons et nous vous mettrons hors de cause. Ils prirent l’argent et répétèrent la leçon qu’on leur avait dictée ».

Les Saintes Femmes

Les femmes, amies du Seigneur, ont été témoins de sa résurrection, mais on ne croit pas les femmes.

” À vrai dire, des femmes de notre groupe nous ont remplis de stupeur. Quand, dès l’aurore, elles sont allées au tombeau, elles n’ont pas trouvé son corps ; elles sont venues nous dire qu’elles avaient même eu une vision : des anges, qui disaient qu’il est vivant. Quelques-uns de nos compagnons sont allés au tombeau, et ils ont trouvé les choses comme les femmes l’avaient dit ; mais lui, ils ne l’ont pas vu. “

Les disciples, auxquels les femmes ont porté, dans la stupeur, l’annonce du tombeau vide et le message des anges : Il est ressuscité, les disciples ont été se rendre compte sur place. Mais il n’ont pas cru. C’est à travers des textes comme celui-ci que l’on se rend bien compte de l’éloignement des apôtres à toute idée de résurrection.

Les Onze

Jésus reproche à ses amis, les onze apôtres de ne pas avoir cru à la résurrection à travers le témoignage des femmes. Il leur reproche leur incrédulité et leur dureté de coeur vis à vis des saintes femmes et de Lui-même.

Enfin, il se manifesta aux Onze eux-mêmes pendant qu’ils étaient à table : il leur reprocha leur manque de foi et la dureté de leurs cœurs parce qu’ils n’avaient pas cru ceux qui l’avaient contemplé ressuscité

Jésus souligne là l’essentiel de la foi et à son message, et à sa personne, et en sa résurrection. c’est à travers ces témoins qu’elle nait. Les apôtres ont refusé de croire “des femmes”, les témoins choisis par Lui, et c’est pourquoi Jésus souligne leur incrédulité, et leur dureté de coeur.

Père Gabriel