Vous cherchez Jésus de Nazareth, le crucifié; Il est ressuscité Marc 16,6

La mort de saint Jean-Baptiste

Méditation de l’Evangile du vendredi 8 février

Il en coûte cher d’être libre devant le pouvoir et d’avoir le courage de lui dire la vérité en face. Jean-Baptiste a eu cette audace. Il l’a payée de sa vie. Hérodiade aura eu sa tête.

Évangile de Jésus-Christ selon saint Marc 6,14-29.


En ce temps-là, comme le nom de Jésus devenait célèbre, le roi Hérode en entendit parler. On disait : « C’est Jean, celui qui baptisait : il est ressuscité d’entre les morts, et voilà pourquoi des miracles se réalisent par lui. »
Certains disaient : « C’est le prophète Élie. » D’autres disaient encore : « C’est un prophète comme ceux de jadis. »
Hérode entendait ces propos et disait : « Celui que j’ai fait décapiter, Jean, le voilà ressuscité ! »
Car c’était lui, Hérode, qui avait donné l’ordre d’arrêter Jean et de l’enchaîner dans la prison, à cause d’Hérodiade, la femme de son frère Philippe, que lui-même avait prise pour épouse.
En effet, Jean lui disait : « Tu n’as pas le droit de prendre la femme de ton frère. »
Hérodiade en voulait donc à Jean, et elle cherchait à le faire mourir. Mais elle n’y arrivait pas
parce que Hérode avait peur de Jean : il savait que c’était un homme juste et saint, et il le protégeait ; quand il l’avait entendu, il était très embarrassé ; cependant il l’écoutait avec plaisir.
Or, une occasion favorable se présenta quand, le jour de son anniversaire, Hérode fit un dîner pour ses dignitaires, pour les chefs de l’armée et pour les notables de la Galilée.
La fille d’Hérodiade fit son entrée et dansa. Elle plut à Hérode et à ses convives. Le roi dit à la jeune fille : « Demande-moi ce que tu veux, et je te le donnerai. »
Et il lui fit ce serment : « Tout ce que tu me demanderas, je te le donnerai, même si c’est la moitié de mon royaume. »
Elle sortit alors pour dire à sa mère : « Qu’est-ce que je vais demander ? » Hérodiade répondit : « La tête de Jean, celui qui baptise. »
Aussitôt la jeune fille s’empressa de retourner auprès du roi, et lui fit cette demande : « Je veux que, tout de suite, tu me donnes sur un plat la tête de Jean le Baptiste. »
Le roi fut vivement contrarié ; mais à cause du serment et des convives, il ne voulut pas lui opposer un refus.
Aussitôt il envoya un garde avec l’ordre d’apporter la tête de Jean. Le garde s’en alla décapiter Jean dans la prison.
Il apporta la tête sur un plat, la donna à la jeune fille, et la jeune fille la donna à sa mère.
Ayant appris cela, les disciples de Jean vinrent prendre son corps et le déposèrent dans un tombeau.

Méditation de l’Evangile du vendredi 8 février

« La fille d’Hérodiade s’étant présentée et ayant dansé, plut à Hérode et aux convives ; le roi dit à la jeune fille : demande-moi ce que tu voudras et je te le donnerai. Et il lui jura : tout ce que tu me demanderas, je te le donnerai, serait-ce la moitié de mon royaume !»

« Salomé étant sortie, elle dit à Hérodiade, sa mère : que faut-il demander ?Or, celle-ci dit : la tête de Jean-Baptiste. Et le roi Hérode envoyant aussitôt un satellite, lui ordonna d’apporter la tête de Jean »

Les hommes ont la danse dans le sang, dans le corps, dans l’âme. Il y a dans la danse l’unité créée par le rythme, entre deux êtres qui s’aiment. Mais le rythme nous entraîne, et la passion naît dans cette découverte du partenaire devenu comme une partie de nous-même dans l’unité du mouvement.

Hérode et les courtisans sont pris, ils sont devenus les captifs de cette femme qui danse. Elle leur plaît. Hérode ne se défendra pas, malgré sa raison qui s’insurge contre la pensée du meurtre réclamé.

Car si la danse est un art, l’art de la maîtrise du corps, pour combien reste-t-elle un art sans danger ? L’intimité et l’unité créées entre danseurs et danseuses, entre danseurs et spectateurs les amènent les uns et les autres vers la passion si, justement, ils ne se maîtrisent pas.

C’est ce qui est arrivé à Hérode. La passion l’empêche d’écouter sa raison et il assassine Jean.

Il en coûte cher d’être libre devant le pouvoir et d’avoir le courage de lui dire la vérité en face. Jean-Baptiste a eu cette audace. Il l’a payée de sa vie. Hérodiade aura eu sa tête.

« Après le meurtre de Jean-Baptiste, ses disciples s’étant présentés prirent le cadavre, l’ensevelirent et vinrent informer Jésus »

Il vont comme d’instinct vers le Seigneur, Celui qui un jour fera un si bel éloge de son ami :« Jean était la lampe qui brûle et qui éclaire, et vous avez accepté de vous réjouir un moment à sa lumière’

Père Gabriel