Vous cherchez Jésus de Nazareth, le crucifié; Il est ressuscité Marc 16,6

La brebis perdue : La miséricorde infinie de Dieu

Méditation de l’évangile du vendredi 28 juin

Dans trois paraboles, Il nous livre les secrets de la miséricorde du Père, et la sienne propre, à leur sujet. C’est, en premier, la brebis perdue et retrouvée, où l’on se préoccupe davantage de la fugueuse que du calme troupeau. Et le berger divin ne se lasse pas d’attendre ou de battre la campagne…“Ce n’est pas la volonté de votre Père qui est dans les Cieux qu’un seul de ces petits périsse” 

Évangile de Jésus-Christ selon saint Luc 15,3-7.


En ce temps-là, s’adressant aux pharisiens et aux scribes, Jésus disait cette parabole :
« Si l’un de vous a cent brebis et qu’il en perd une, n’abandonne-t-il pas les quatre-vingt-dix-neuf autres dans le désert pour aller chercher celle qui est perdue, jusqu’à ce qu’il la retrouve ?
Quand il l’a retrouvée, il la prend sur ses épaules, tout joyeux,
et, de retour chez lui, il rassemble ses amis et ses voisins pour leur dire : “Réjouissez-vous avec moi, car j’ai retrouvé ma brebis, celle qui était perdue !”
Je vous le dis : C’est ainsi qu’il y aura de la joie dans le ciel pour un seul pécheur qui se convertit, plus que pour quatre-vingt-dix-neuf justes qui n’ont pas besoin de conversion. »

Méditation de l’évangile du vendredi 28 juin

Cependant, tous les publicains et les pécheurs s’approchaient de Lui pour l’entendre. Et les pharisiens et les scribes murmuraient, disant :

“Cet homme accueille les pécheurs et mange avec eux !”

Devant le coup de patte des pharisiens, Jésus réagit. Il va, par des images très simples, très évocatrices, dévoiler toute sa tendresse à l’égard des pécheurs.

Dans trois paraboles, Il nous livre les secrets de la miséricorde du Père, et la sienne propre, à leur sujet. C’est, en premier, la brebis perdue et retrouvée, où l’on se préoccupe davantage de la fugueuse que du calme troupeau. Et le berger divin ne se lasse pas d’attendre ou de battre la campagne…

“Ce n’est pas la volonté de votre Père qui est dans les Cieux qu’un seul de ces petits périsse”

Il emploiera tous les moyens pour ramener les égarés et ne ménagera pas plus sa peine que la femme qu’Il dépeint, balayant de la cave au grenier pour retrouver sa drachme.

Au premier bon mouvement du fils prodigue, ce Père verra …et de loin… et se précipitera, le coeur rempli à craquer de miséricorde et d’amour, comme le père dont Il nous conte l’histoire et l’anxieuse attente.

Et le couplet sur le frère aîné montre bien notre incompréhension totale, à l’exemple des scribes et des pharisiens arrêtés, butés qu’ils sont, sur la faute trop réelle du cadet, mais incapables, eux, de comprendre la miséricorde du Père. C’est le cri de la Miséricorde divine face à notre misère qui clôt le débat :

“Mais son Père lui dit : Mon enfant, en tout temps tu es avec moi : mais il fallait festoyer et se réjouir ; puisque ton frère que voici était mort, et est revenu à la vie ; et il était perdu, et il est retrouvé !”

Voilà pourquoi Jésus accueille les pécheurs et mange avec eux !

Eux aussi sont les fils très aimés du Père et de son Envoyé.

Père Gabriel