Vous cherchez Jésus de Nazareth, le crucifié; Il est ressuscité Marc 16,6

Devenez comme des petits enfants

Méditation de l’évangile du lundi 1er octobre

Jésus aime tellement les enfants qu’Il nous les donne en modèle et qu’Il nous demande de leur ressembler pour entrer dans le royaume de Dieu. 

Évangile de Jésus-Christ selon saint Luc 9,46-50.


En ce temps-là, une discussion survint entre les disciples pour savoir qui, parmi eux, était le plus grand.
Mais Jésus, sachant quelle discussion occupait leur cœur, prit un enfant, le plaça à côté de lui
et leur dit : « Celui qui accueille en mon nom cet enfant, il m’accueille, moi. Et celui qui m’accueille accueille celui qui m’a envoyé. En effet, le plus petit d’entre vous tous, c’est celui-là qui est grand. »
Jean, l’un des Douze, dit à Jésus : « Maître, nous avons vu quelqu’un expulser des démons en ton nom ; nous l’en avons empêché, car il ne marche pas à ta suite avec nous. »
Jésus lui répondit : « Ne l’en empêchez pas : qui n’est pas contre vous est pour vous. »

Méditation de l’évangile du lundi 1er Octobre

” Ils vinrent à Capharnaüm. Quand Il fut dans la maison, Il les interrogeait : sur quoi discutiez-vous en route ? Mais ils gardaient le silence car, sur la route, ils avaient discuté pour savoir qui était le plus grand”  

Jésus oppose les deux choix offerts à notre liberté : ou bien le choix de l’ambition, être ou paraître le plus grand : ou bien le choix du Fils de Dieu : devenir un enfant pour hériter d’un autre Royaume que celui de la terre, et abandonner tout pouvoir fondé sur la violence et la domination de nos frères.

Jésus met en garde ses disciples contre l’ambition, forme subtile de l’amour du pouvoir car, au début, l’ambition se confond avec le légitime désir de promotion et la recherche du bien commun. Elle se confond aussi avec l’agressivité, instinct nécessaire à toute survie. Mais bien vite l’ambition nous entraîne vers un désir du pouvoir qui, lui, n’est pas toujours innocent.

La sagesse de Jésus s’oppose à celle du monde qui se révolte contre cette humilité chrétienne. Car au fond, pour cette sagesse humaine, Jésus mutile l’homme, car il s’opposerait au complet développement d’une certaine personnalité plus animale que spirituelle. A chaque siècle, la bête humaine piaffe et blasphème l’homme-Dieu qui a voulu et qui veut toujours la museler et laisser le Dieu-charité tout envahir. Car seul Jésus vient mettre un peu d’esprit fraternel dans notre terrible monde “des grands”.

 ” Car ils discutaient sur la route pour savoir qui était le plus grand. Et Il leur dit : si quelqu’un veut être le premier, il sera le dernier de tous, et le serviteur de tous”.

Il sait que le désir du pouvoir (avec le désir de la richesse)) reste le plus grand obstacle à l’établissement du royaume. Tout au long des siècles les hommes ont été prêts à toutes les bassesses, à toutes les cruautés, pour s’emparer de l’un et de l’autre.

Ces deux désirs brûlent au coeur de chacun de nous. Personne n’échappe à leurs sollicitations, aussi bien dans sa vie professionnelle que familiale. C’est à nous -tout autant qu’aux Douze- que s’adressent ses paroles. Sommes-nous le serviteur de tous ? Recevons-nous l’enfant pauvre comme s’il était le Seigneur en personne ou le Père en personne ?

Jésus aime tellement les enfants qu’Il nous les donne en modèle et qu’Il nous donne comme condition “sine qua non” pour entrer dans le royaume de Dieu, de leur ressembler.

“Et ayant appelé un petit enfant, Il le plaça au milieu d’eux et leur dit : en vérité, Je vous le dis : si vous ne changez pas et si vous ne devenez pas comme les petits enfants vous n’entrerez pas dans le Royaume des cieux. Celui donc qui se fera comme cet enfant, c’est celui-là qui est le plus grand dans le Royaume des cieux”.

Tout désir de “grandeur” devient dérisoire devant de telles paroles. Jésus renverse l’échelle des valeurs et place en premier ce qui est le plus méprisé parmi les hommes.

 “Car le plus petit qui soit parmi vous tous, celui-là est grand”. Thérèse de Lisieux nous le redira avec vigueur.

Son geste de tendresse envers les enfants traversera les siècles.

 “Puis, ayant pris un enfant, Il le plaça au milieu d’eux, et l’ayant embrassé, Il leur dit : quiconque reçoit un de ces enfants à cause de mon Nom me reçoit; et qui me reçoit, ce n’est pas moi qu’Il reçoit, mais Celui qui m’a envoyé” .

C’est la seule explication de la charité. Recevoir nos frères, c’est recevoir Jésus. Ce n’est pas une substitution. Ils sont le Seigneur parmi  nous.

Père Gabriel