Vous cherchez Jésus de Nazareth, le crucifié; Il est ressuscité Marc 16,6

Jésus est rejeté de la synagogue de Nazareth

Méditation de l’Evangile du vendredi 30 juillet

Mais malheureusement, comme les contemporains d’Elie ou d’Élisée, ses concitoyens passeront auprès du médecin divin, sans en profiter parce qu’ils ne croient pas en Lui. Ce qui les étrangle : c’est la jalousie, l’envie… Sa doctrine, ils l’admirent, mais la petite interrogation acidulée notée par les trois synoptiques est révélatrice !« D’où lui vient tout cela ? » N’est-ce pas choquant ?

Évangile de Jésus-Christ selon saint Mt 13, 54-58

En ce temps-là,
Jésus se rendit dans son lieu d’origine,
et il enseignait les gens dans leur synagogue,
de telle manière qu’ils étaient frappés d’étonnement
et disaient :
« D’où lui viennent cette sagesse
et ces miracles ?
N’est-il pas le fils du charpentier ?
Sa mère ne s’appelle-t-elle pas Marie,
et ses frères : Jacques, Joseph, Simon et Jude ?
Et ses sœurs ne sont-elles pas toutes chez nous ?
Alors, d’où lui vient tout cela ? »
Et ils étaient profondément choqués à son sujet.
Jésus leur dit :
« Un prophète n’est méprisé que dans son pays
et dans sa propre maison. »
Et il ne fit pas beaucoup de miracles à cet endroit-là,
à cause de leur manque de foi.

Méditation de l’Evangile du vendredi 30 juillet

Qui, sinon la Vierge Marie, a bien pu transmettre à Luc le récit de l’incident de Nazareth ? Elle aura été tellement bouleversée par cette scène que les détails en sont restés dans sa mémoire.

Au début, tout se passe pour le mieux. Jésus enseigne à travers le texte d’Isaïe qu’il a choisi de commenter. Il rappelle que l’Envoyé du Père, conduit par l’Esprit Saint, n’est venu qu’apporter la Bonne Nouvelle aux pauvres, aux captifs, aux aveugles que nous sommes. Et pourtant Jésus ne put faire aucun miracle dans sa patrie parce que ses concitoyens, jaloux de ses dons et de son autorité, refusèrent de lui faire confiance :

« Et Il s’étonnait de leur incrédulité » . Le manque de confiance paralyse. Son amour ne va qu’à ceux qui ont foi en Lui : « Et Il ne fit pas là beaucoup de miracles, à cause de leur incrédulité »

Il ne fut donc pas reçu par les siens. Il est mal reçu chez Lui, dans sa bourgade car sa Sagesse, sa Puissance lui créent des inimitiés stupides et cancanières. On ne trouve que des mots méchants et mesquins pour déprécier son père et sa mère, ses frères et sœurs : les plus pauvres du village !…« D’où lui vient cette Sagesse et ses miracles ? N’est-ce pas le fils du charpentier ? Sa mère n’a-t-elle pas nom “Marie’, et ses frères “Jacques et Joseph, et Simon et Judas” ? Et ses sœurs ne sont-elles pas toutes parmi nous ? D’où lui vient donc tout cela ? Et Ils se scandalisaient à son sujet »

Cela nous montre en contrepartie combien Jésus aima les siens. Ils furent tellement unis dans cette famille de Nazareth que l’on ne sépare Jésus ni de sa mère ni de son père adoptif Joseph.

Pour ses concitoyens, « Il est le fils du charpentier » , tant les silhouettes des deux hommes se sont fondues dans un même travail ! Et si l’on parle de Jésus, on ne peut pas ne pas évoquer sa mère : « Sa mère ne s’appelle-t-elle pas Marie ? » Jésus, Marie, Joseph, groupe inséparable, qui évoque l’un, évoque les deux autres pour les habitants de la petite bourgade de Nazareth. Il n’a pas trahi non plus sa parenté : « Jacques, Joseph, Simon, et Judas, ses frères et sœurs » sont inséparables, eux aussi, de l’image que ses contemporains se font de Lui.

Mais malheureusement, comme les contemporains d’Elie ou d’Élisée, ses concitoyens passeront auprès du médecin divin, sans en profiter parce qu’ils ne croient pas en Lui. Ce qui les étrangle : c’est la jalousie, l’envie… Sa doctrine, ils l’admirent, mais la petite interrogation acidulée notée par les trois synoptiques est révélatrice !« D’où lui vient tout cela ? » N’est-ce pas choquant ?

Ce besogneux n’est-il pas le fils du charpentier, le fils de celle que l’on appelle “Marie” Non, ce n’est pas possible qu’un simple ouvrier puisse avoir tant de génie, tant de talents ! « Et ils se scandalisaient à son sujet »

Marie se rappelle de tout cela comme si c’était hier : lorsque son fils a parlé de Naïman et de la veuve de Sarepta, tout a basculé.

La rage s’est emparée de ses concitoyens et ils en sont venus aux voies de fait. « En entendant ces paroles, tous dans la synagogue furent remplis de colère, et s’étant levés, ils le poussèrent hors de la ville et le conduisirent jusqu’au sommet de la colline sur laquelle leur ville était bâtie pour le précipiter »

Ils sont subjugués par cet homme. Cette finale, avec son verbe rejeté en fin de phrase, nous laisse sous l’impression qu’Il les domine totalement et s’échappe quand Il veut : « Mais Lui, passant au milieu d’eux, s’en allait ! »

Père Gabriel