Vous cherchez Jésus de Nazareth, le crucifié; Il est ressuscité Marc 16,6

Le figuier desséché

Méditation de l’évangile du samedi 27 octobre

La parabole du figuier stérile nous rappelle enfin que Dieu respecte l’homme libre. Il lui donne toujours le temps et les moyens de réaliser des fruits. Oui, quel respect Jésus ne manifeste-t-Il pas envers l’homme dans cette interrogation inquiète : “Et s’il donnait du fruit ?”

Évangile de Jésus Christ selon saint Luc 13,1-9.

Un jour, des gens rapportèrent à Jésus l’affaire des Galiléens que Pilate avait fait massacrer, mêlant leur sang à celui des sacrifices qu’ils offraient.
Jésus leur répondit : « Pensez-vous que ces Galiléens étaient de plus grands pécheurs que tous les autres Galiléens, pour avoir subi un tel sort ?
Eh bien, je vous dis : pas du tout ! Mais si vous ne vous convertissez pas, vous périrez tous de même.
Et ces dix-huit personnes tuées par la chute de la tour de Siloé, pensez-vous qu’elles étaient plus coupables que tous les autres habitants de Jérusalem ?
Eh bien, je vous dis : pas du tout ! Mais si vous ne vous convertissez pas, vous périrez tous de même. »
Jésus disait encore cette parabole : « Quelqu’un avait un figuier planté dans sa vigne. Il vint chercher du fruit sur ce figuier, et n’en trouva pas.
Il dit alors à son vigneron : “Voilà trois ans que je viens chercher du fruit sur ce figuier, et je n’en trouve pas. Coupe-le. À quoi bon le laisser épuiser le sol ?”
Mais le vigneron lui répondit : “Maître, laisse-le encore cette année, le temps que je bêche autour pour y mettre du fumier.
Peut-être donnera-t-il du fruit à l’avenir. Sinon, tu le couperas.” »

Méditation de l’évangile du samedi 27 octobre

“Il leur disait cette parabole : Quelqu’un avait un figuier planté dans sa vigne. Et il vint chercher du fruit et n’en trouva pas. Il dit alors au vigneron : Voilà trois ans que je viens chercher du fruit sur ce figuier, et je n’en trouve pas. Arrache-le. Pourquoi avec cela rend-Il la terre improductive ? Maître, lui répond celui-ci, laisse-le encore cette année, pour me laisser le temps de creuser autour et de mettre du fumier. Et s’il donnait du fruit… Sinon, dans l’année qui vient, Tu l’arracheras ! “

La parabole est claire. Voici bientôt trois ans que Jésus annonce le Royaume; mais ses contemporains ne veulent pas l’accueillir. Dieu, le propriétaire, commence à s’énerver. Trouvera-t-Il bientôt du fruit ?  Jésus, le Vigneron, le tempère. Qu’Il patiente encore une année. La phrase : “Et s’il donnait du fruit” dépeint à merveille sa sollicitude inquiète; et pourtant Il prévoit le dénouement :”Sinon, dans l’année qui vient, Tu l’arracheras !”.

Cette parabole permet encore à Jésus et d’enseigner au moyen d’images très simples tirées de la vie rurale de tous les jours, accessibles à tous, et d’affirmer sa personnalité, Lui qui discute librement avec Dieu et arrête sa colère.

La parabole du figuier stérile nous rappelle enfin que Dieu respecte l’homme libre. Il lui donne toujours le temps et les moyens de réaliser des fruits. Oui, quel respect Jésus ne manifeste-t-Il pas envers l’homme dans cette interrogation inquiète : “Et s’il donnait du fruit ?”

Nous aurions souvent à prendre exemple sur Lui, pour agir avec plus de patience.

Père Gabriel