Vous cherchez Jésus de Nazareth, le crucifié; Il est ressuscité Marc 16,6

Jésus guérit deux aveugles et d’un muet

Méditation de l’évangile du mardi 7 juillet

Non seulement Jésus leur parle, mais Il les touche. Il vient en ami et non en homme extraordinaire, évitant, par une guérison instantanée, de fausser les relations entre Lui et le malade. A travers Jésus, Dieu se fait tout proche de notre malheur : Il y touche.

Évangile de Jésus Christ selon saint Matthieu 9,27-38.

En ce temps-là,
voici qu’on présenta à Jésus
un possédé qui était sourd-muet.
Lorsque le démon eut été expulsé,
le sourd-muet se mit à parler.
Les foules furent dans l’admiration, et elles disaient :
« Jamais rien de pareil ne s’est vu en Israël ! »
Mais les pharisiens disaient :
« C’est par le chef des démons
qu’il expulse les démons. »

Jésus parcourait toutes les villes et tous les villages,
enseignant dans leurs synagogues,
proclamant l’Évangile du Royaume
et guérissant toute maladie et toute infirmité.
Voyant les foules, Jésus fut saisi de compassion envers elles
parce qu’elles étaient désemparées et abattues
comme des brebis sans berger.
Il dit alors à ses disciples :
« La moisson est abondante,
mais les ouvriers sont peu nombreux.
Priez donc le maître de la moisson
d’envoyer des ouvriers pour sa moisson. »

Méditation de l’évangile du mardi 7 juillet 

“Et Jésus, s’éloignant de là, deux aveugles le suivirent en criant et disant : Aie pitié de nous, Fils de David !”

Deux aveugles, deux mendiants le harcelèrent de leurs cris. Il ne leur répond pas sur la route, mais les fait entrer dans la maison où Il s’arrête.

“Et quand Il fut entré dans la maison, les aveugles s’approchèrent de Lui”

Il leur parle, les interroge, crée un climat de confiance et d’intérêt pour ces gens à qui on jette quelques pièces de monnaie, mais pour qui on ne prend pas le temps de s’arrêter.

“Et Jésus leur dit : Croyez-vous que Je puisse faire cela ? Ils lui dirent : Oui Seigneur !” .

Non seulement Il leur parle, mais Il les touche. Il vient en ami et non en homme extraordinaire, évitant, par une guérison instantanée, de fausser les relations entre Lui et le malade. A travers Jésus, Dieu se fait tout proche de notre malheur : Il y touche.

“Alors Il leur toucha les yeux, en disant : Qu’il vous soit fait selon votre foi. Et leurs yeux s’ouvrirent”

Jésus les respecte tant qu’Il les fait concourir à leur propre guérison en appelant à leur propre espérance. Les gestes de Dieu ! Dieu nous atteint en Jésus. Et Il continue. C’est cette présence amicale de Dieu qu’Il a voulu perpétuer dans le sacrement du pain et du vin, mais aussi par notre propre approche fraternelle.

Que de personnes, que de gens nous guéririons dans leur âme si nous les touchions, si nous étions plus abordable.

Père Gabriel