Vous cherchez Jésus de Nazareth, le crucifié; Il est ressuscité Marc 16,6

La première multiplication des pains

 Méditation de l’Evangile du vendredi 24 avril

Jésus ne peut voir la souffrance physique sans guérir; Il ne peut voir la misère morale sans enseigner. Les hommes restent là, avachis, couchés comme des bestiaux, dans un état de laisser-aller et de passivité, s’ils ne sont pas secoués par l’enseignement de Jésus. Tout l’enseignement de Jésus est dans ce sens de l’effort et de l’homme debout.

Évangile de Jésus-Christ selon saint Jean 6, 1-15

En ce temps-là,
Jésus passa de l’autre côté de la mer de Galilée,
le lac de Tibériade.
Une grande foule le suivait,
parce qu’elle avait vu les signes
qu’il accomplissait sur les malades.
Jésus gravit la montagne,
et là, il était assis avec ses disciples.
Or, la Pâque, la fête des Juifs, était proche.
Jésus leva les yeux
et vit qu’une foule nombreuse venait à lui.
Il dit à Philippe :
« Où pourrions- nous acheter du pain
pour qu’ils aient à manger ? »
Il disait cela pour le mettre à l’épreuve,
car il savait bien, lui, ce qu’il allait faire.
Philippe lui répondit :
« Le salaire de deux cents journées ne suffirait pas
pour que chacun reçoive un peu de pain. »
Un de ses disciples, André, le frère de Simon-Pierre, lui dit :
« Il y a là un jeune garçon qui a cinq pains d’orge
et deux poissons,
mais qu’est-ce que cela pour tant de monde ! »
Jésus dit :
« Faites asseoir les gens. »
Il y avait beaucoup d’herbe à cet endroit.
Ils s’assirent donc, au nombre d’environ cinq mille hommes.
Alors Jésus prit les pains
et, après avoir rendu grâce,
il les distribua aux convives ;
il leur donna aussi du poisson,
autant qu’ils en voulaient.
Quand ils eurent mangé à leur faim,
il dit à ses disciples :
« Rassemblez les morceaux en surplus,
pour que rien ne se perde. »
Ils les rassemblèrent, et ils remplirent douze paniers
avec les morceaux des cinq pains d’orge,
restés en surplus pour ceux qui prenaient cette nourriture.

À la vue du signe que Jésus avait accompli,
les gens disaient :
« C’est vraiment lui le Prophète annoncé,
celui qui vient dans le monde. »
Mais Jésus savait qu’ils allaient venir l’enlever
pour faire de lui leur roi ;
alors de nouveau il se retira dans la montagne,
lui seul.

Méditation de l’Evangile du vendredi 24 avril

Jésus, fuyant Hérode ou voulant tout simplement s’écarter un peu pour parler tranquillement avec les siens, peut difficilement échapper aux foules qu’Il a conquises. Sa parole a soulevé un tel enthousiasme que les foules se lancent à sa poursuite, à pied, de toutes les cités des bords du lac, pour aller le relancer jusque dans le désert.

“A la nouvelle de la mort de Jean-Baptiste, Jésus s’éloigne du lieu où Il était, s’embarque pour se retirer dans un lieu désert, à l’écart. Et les foules l’ayant appris le suivirent, à pied, venant des villes”

Et Marc de préciser et de bien remarquer que tous ces gens courent après Lui :

“Et on les vit s’en aller, et plusieurs comprirent où ils allaient. Et ils y accoururent par terre, de toutes les villes, et ils les devancèrent. Et, en sortant de la barque, Il vit une foule nombreuse. Et Il en eut pitié, parce qu’ils étaient comme des brebis qui n’ont pas de berger, et Il se mit à les instruire longuement”.

C’est bien Lui ! Il s’échappe un moment avec les Douze, de retour de leur course apostolique. Il s’était réfugié dans un endroit bien tranquille et désert, Bethsaïde. Du moins, le croyait-Il. Devant la foule qui le poursuit et qu’Il voit si abandonnée dans le domaine spirituel, adieu le repos : et Il les reçoit; Il les enseigne; Il leur parle du Royaume de Dieu; Il les guérit et les captive à tel point que le soir tombe qu’ils sont toujours là, dans ce lieu désert. Ce sera l’occasion de la première multiplication des pains.

“Or, comme le jour commençait à baisser, les Douze s’approchèrent et Lui dirent : congédie la foule afin qu’ils aillent dans les bourgs et les hameaux des environs, pour trouver un gîte et de la nourriture… “

Ce qui l’émeut et le bouleverse, ce n’est pas tant leur fatigue physique que cette démission qu’Il n’admet jamais chez l’homme. Car Il décèle chez eux comme une lassitude de ne trouver personne à qui se confier, personne pour les enseigner : “Ils étaient comme des brebis sans pasteur”.

Jésus ne peut voir la souffrance physique sans guérir; Il ne peut voir la misère morale sans enseigner. Les hommes restent là, avachis, couchés comme des bestiaux, dans un état de laisser-aller et de passivité, s’ils ne sont pas secoués par l’enseignement de Jésus. Tout l’enseignement de Jésus est dans ce sens de l’effort et de l’homme debout.

Car “l’homme aux impératifs” nous entraîne toujours sur des chemins où il nous faut dire “non” à nos désirs excessifs ou instinctifs.

“Si ton oeil te scandalise… Si tu regardes une femme au point de la désirer…Va, vends tous tes biens… Laisse-là tes filets… Lève-toi, suis-Moi…Va, ne pèche plus…Procurez-vous, non la nourriture périssable, mais la nourriture qui demeure pour la vie éternelle…”

Père Gabriel