Vous cherchez Jésus de Nazareth, le crucifié; Il est ressuscité Marc 16,6

Saint Pierre et les 2 drachmes

Méditation de l’Evangile du lundi 13 août

Le texte de Matthieu nous donne encore des brèves annotations très significatives sur l’intimité entre Jésus et ses apôtres. Jésus habite chez Pierre, dans sa maison, et paye l’impôt pour lui et pour Pierre avec la même pièce de monnaie…

Évangile de Jésus-Christ selon saint Matthieu 17,22-27.

En ce temps-là, comme Jésus et les disciples étaient réunis en Galilée, il leur dit : « Le Fils de l’homme va être livré aux mains des hommes ; 
ils le tueront et, le troisième jour, il ressuscitera. » Et ils furent profondément attristés. 
Comme ils arrivaient à Capharnaüm, ceux qui perçoivent la redevance des deux drachmes pour le Temple vinrent trouver Pierre et lui dirent : « Votre maître paye bien les deux drachmes, n’est-ce pas ? » 
Il répondit : « Oui. » Quand Pierre entra dans la maison, Jésus prit la parole le premier : « Simon, quel est ton avis ? Les rois de la terre, de qui perçoivent-ils les taxes ou l’impôt ? De leurs fils, ou des autres personnes ? » 
Pierre lui répondit : « Des autres. » Et Jésus reprit : « Donc, les fils sont libres. 
Mais, pour ne pas scandaliser les gens, va donc jusqu’à la mer, jette l’hameçon, et saisis le premier poisson qui mordra ; ouvre-lui la bouche, et tu y trouveras une pièce de quatre drachmes. Prends-la, tu la donneras pour moi et pour toi. »

 

Méditation de l’Evangile du lundi 13 août

Jésus a parfaitement conscience de son identité et de sa liberté absolue face au pouvoir temporel des grands et des puissants. Lorsque le collecteur d’impôts demande à Pierre :

« Votre maître ne paie pas les deux drachmes ? Si bien, dit-il. Et à son arrivée à la maison, Jésus le prévint en lui disant : que t’en semble, Simon ? Les rois de la terre, de qui perçoivent-ils taxes ou tribut ? De leurs enfants ou des étrangers ? Sur sa réponse : des étrangers, Jésus lui dit : donc les enfants des rois sont libres !…

Jésus ne cherche pas à provoquer. Fort de son bon droit, Il pourrait bien s’abstenir de payer le tribut, mais afin d’éviter tout scandale dans les relations avec l’occupant, Il paiera l’impôt pour lui et pour Pierre.

Jésus d’ailleurs n’est pas à genoux devant le pouvoir politique. Il paiera ses impôts, nécessaires au bien commun, mais se tient à distance du pouvoir qui, toujours, a tendance à se croire absolu : roi absolu, république absolue, parti et idéologie absolus.

Le texte de Matthieu nous donne encore des brèves annotations très significatives sur l’intimité entre Jésus et ses apôtres. Jésus habite chez Pierre, dans sa maison, et paye l’impôt pour lui et pour Pierre avec la même pièce de monnaie…

Mais quel est donc cet homme et son identité, Lui se sépare du commun des mortels et se donne comme Fils de roi ?

Il y a encore dans ce texte, cette annotation : « Mais afin que nous ne les scandalisions pas, va à la mer, jette un hameçon ; et le premier poisson qui montera, prend-le. Et lui ouvrant la bouche, tu trouveras un statère. Prends-le et donne-le pour Moi et pour toi »

Le but du miracle est-il de nous montrer que Jésus ne possédait pas un sou et que l’argent lui répugnait physiquement, cet argent qui pourrit tant d’hommes et de femmes ?

Père Gabriel