Vous cherchez Jésus de Nazareth, le crucifié; Il est ressuscité Marc 16,6

Silence ! Tais toi

Méditation de l’Evangile du lundi 3 août

“Et réveillé, Jésus réprimanda le vent et dit à la mer : Silence ! Tais-toi ! Et le vent s’abattit et il se fit un grand calme”. On a plaisir alors à le voir se lever, les yeux encore pleins de sommeil, et commander les forces qui nous écrasent, la mer et les vents : Deux mots et tout rentre dans l’ordre.

Évangile de Jésus-Christ selon saint Matthieu 14, 23-26

ésus avait nourri la foule dans le désert.
Aussitôt il obligea les disciples à monter dans la barque
et à le précéder sur l’autre rive,
pendant qu’il renverrait les foules.
Quand il les eut renvoyées,
il gravit la montagne, à l’écart, pour prier.
Le soir venu, il était là, seul.
La barque était déjà à une bonne distance de la terre,
elle était battue par les vagues,
car le vent était contraire.

Vers la fin de la nuit, Jésus vint vers eux
en marchant sur la mer.
En le voyant marcher sur la mer,
les disciples furent bouleversés.
Ils dirent :
« C’est un fantôme. »
Pris de peur, ils se mirent à crier.
Mais aussitôt Jésus leur parla :
« Confiance ! c’est moi ; n’ayez plus peur ! »
Pierre prit alors la parole :
« Seigneur, si c’est bien toi,
ordonne-moi de venir vers toi sur les eaux. »
Jésus lui dit :
« Viens ! »
Pierre descendit de la barque
et marcha sur les eaux pour aller vers Jésus.
Mais, voyant la force du vent, il eut peur
et, comme il commençait à enfoncer, il cria :
« Seigneur, sauve-moi ! »
Aussitôt, Jésus étendit la main, le saisit
et lui dit :
« Homme de peu de foi,
pourquoi as-tu douté ? »
Et quand ils furent montés dans la barque,
le vent tomba.
Alors ceux qui étaient dans la barque
se prosternèrent devant lui, et ils lui dirent :
« Vraiment, tu es le Fils de Dieu ! »

Après la traversée, ils abordèrent à Génésareth.
Les gens de cet endroit reconnurent Jésus ;
ils firent avertir toute la région,
et on lui amena tous les malades.
Ils le suppliaient de leur laisser seulement
toucher la frange de son manteau,
et tous ceux qui le faisaient furent sauvés.

Méditation de l’Evangile du lundi 3 août

Les siens, les Douze, le suivent , ne le lâchant pas d’une semelle. Ils ne peuvent se détacher de Celui qui les a captivés par ses paroles, étonnés par ses gestes de puissance et de bonté. Qu’Il aille sur les chemins pierreux de la Judée ou de la Galilée, ou qu’Il monte en barque, ils sont toujours prêts à l’accompagner. Au moment de la tempête apaisée, c’est Lui qui veut passer de l’autre côté du lac, en donne l’ordre, et les siens, comme un seul homme, le suivent.

“Et Jésus, voyant des foules nombreuses autour de Lui, donna l’ordre de s’en aller à l’autre rive… Et lorsqu’Il fut monté dans une barque, ses disciples le suivirent”

J’aime regarder Jésus dans le récit de la tempête apaisée. On se trouve devant un homme à la conscience tranquille, bien équilibré. La mer déchaînée et en furie ne l’empêche pas de dormir paisiblement sur le coussin du barreur. Sortant du sommeil, aux cris des siens, au milieu des éléments en rage, au milieu des hommes du bord affolés, on le voit se lever :

“Alors se levant” paisible, immensément grand dans son calme, Il commande au vent et à la mer démontée, et ramène l’absolue tranquillité. Cette vision de force a si vivement impressionné les apôtres qu’ils ont conservé l’image inoubliable de ce contraste : une mer en furie et Lui, le Maître qui dort. Marc nous laisse la même impression :

“Et il se produisit un grand tourbillon de vent. Et les vagues se jetaient dans la barque, de sorte que la barque était déjà remplie. Or Lui était à la poupe, dormant sur le coussin. Et ils l’éveillent et lui disent : “Maître, tu ne te soucies pas ce que nous périssons”

Toujours Il exige la confiance, même et surtout quand la situation semble perdue ! Il reproche aux apôtres leur peur de la tempête ; parce qu’Il était là, et il n’y avait rien à craindre en sa présence.

“Et réveillé, Il réprimanda le vent et dit à la mer : Silence ! Tais-toi ! Et le vent s’abattit et il se fit un grand calme. Et Il leur dit : Pourquoi êtes-vous peureux ? N’avez-vous pas encore la foi ?”

On a plaisir alors à le voir se lever, les yeux encore pleins de sommeil, et commander les forces qui nous écrasent, la mer et les vents, d’un mot. D’ailleurs, cette puissance de Jésus sur les éléments est simple, exempte de simagrées magiques, et pourtant si étrange ! Deux mots et tout rentre dans l’ordre.

Ses contemporains sont stupéfaits de sa puissance sur les éléments déchaînés, spécialement ses apôtres. Eux, les rudes et durs marins de la Galilée, connaissent leur lac, ses vents et ses orages ! Comment cet homme peut-il subitement calmer cette sauvagesse en furie ? Cela leur échappe complètement :

“Quel est donc celui-ci pour que même les vents et la mer lui obéissent ?”

La vue, le contact perpétuel de Jésus posent sans cesse cette question à leur esprit et à leur coeur : “Mais qui est donc cet homme ?”

Jusqu’au jour où jaillira l’affirmation incroyable dans la bouche d’un juif, de la part de Pierre : “Tu es le Fils de Dieu !

Père Gabriel