Vous cherchez Jésus de Nazareth, le crucifié; Il est ressuscité Marc 16,6

Zacharie rempli de l’Esprit-Saint

Méditation de l’Evangile du mardi 24 décembre

Dans son chant de reconnaissance, la perspective envisagée par Zacharie est le salut d’Israël, du Peuple, non pas une grâce personnelle. C’est la même note spirituelle que celle de la Vierge Marie dans le chant du Magnificat dont voici les paroles :“Il a secouru Israël son serviteur, pour se souvenir de la miséricorde comme il avait dit à nos pères, en faveur d’Abraham et de sa race à jamais”

Évangile de Jésus Christ selon saint Luc 1,67-79

à la naissance de Jean Baptiste,
Zacharie, son père, fut rempli d’Esprit Saint
et prononça ces paroles prophétiques :
« Béni soit le Seigneur, le Dieu d’Israël,
qui visite et rachète son peuple.
Il a fait surgir la force qui nous sauve
dans la maison de David, son serviteur,
comme il l’avait dit par la bouche des saints,
par ses prophètes, depuis les temps anciens :
salut qui nous arrache à l’ennemi,
à la main de tous nos oppresseurs,
amour qu’il montre envers nos pères,
mémoire de son alliance sainte ;
serment juré à notre père Abraham
de nous rendre sans crainte,
afin que, délivrés de la main des ennemis,
nous le servions dans la justice et la sainteté,
en sa présence, tout au long de nos jours.

Toi aussi, petit enfant, tu seras appelé
prophète du Très-Haut ;
tu marcheras devant, à la face du Seigneur,
et tu prépareras ses chemins,
pour donner à son peuple de connaître le salut
par la rémission de ses péchés,
grâce à la tendresse, à l’amour de notre Dieu,
quand nous visite l’astre d’en haut,
pour illuminer ceux qui habitent les ténèbres
et l’ombre de la mort,
pour conduire nos pas
au chemin de la paix. »

 

Méditation de l’Evangile du mardi 24 décembre

L’épreuve, chez Zacharie, ne supprime pas la joie au moment de la naissance de son fils. Sa reconnaissance explose librement.

“Les amis faisaient des signes au père de l’enfant pour savoir comment il voulait qu’il s’appelât. Et ayant demandé une petite tablette, il écrivit pour dire : Jean est son nom. Et tous de s’étonner. Or, aussitôt, sa bouche s’ouvrit, et sa langue se délia, et parlait, bénissant Dieu.”

L’épreuve devient la source de vie de tout le peuple.

Il est d’ailleurs dit de Jean-Baptiste : “Et tous les voisins d’Elisabeth et de Zacharie furent saisis de crainte; et dans toute la montagne de Judée, toutes ces choses étaient l’objet d’entretiens. Et tous ceux qui en avaient entendu parler y prenaient garde en leur coeur, en disant : Que sera cet enfant ? En effet la main du Seigneur était avec lui”

Sa vocation est une prédestination. Elle remonte jusqu’à l’enfant, jusqu’à ses parents. Cette prédestination n’est pas le jeu cruel d’un hasard. Non, Dieu prépare, dans l’amour de tous et un chacun, son Envoyé, pour crier la délivrance à son peuple.

Quelle merveilleuse mission que de partir ainsi en éclaireur, préparer les chemins du Seigneur et de sa venue.

Dans son chant de reconnaissance, la perspective envisagée par Zacharie est le salut d’Israël, du Peuple, non pas une grâce personnelle. C’est la même note spirituelle que celle de la Vierge Marie dans le chant du Magnificat dont voici les paroles :

“Il a secouru Israël son serviteur, pour se souvenir de la miséricorde comme il avait dit à nos pères, en faveur d’Abraham et de sa race à jamais”

Et voici celles de Zacharie : “Béni soit le Seigneur, parce qu’Il est venu parmi nous, qu’il a opéré la délivrance de son peuple, et qu’il nous a suscité une puissance de salut, dans la Maison de David son serviteur”

Il est encore dit de Jean-Baptiste : “Or l’enfant croissait et se fortifiait en esprit et il était dans les déserts jusqu’au jour de sa manifestation à Israël”.

La croissance importante est celle de l’Esprit, l’Esprit nous rapproche de Dieu et nous assimile à Lui.

Père Gabriel